DIVERTISSEMENT
05/03/2018 06:11 EST | Actualisé 05/03/2018 06:11 EST

Kim Gingras s’élève contre Steve Bolton à «Tout le monde en parle»

Elle fait partie de la vingtaine de danseurs qui ont porté plainte à l’Union des artistes contre Bolton.

Karine Dufour/Radio-Canada

Il a été brièvement question du chorégraphe Steve Bolton à Tout le monde en parle, dimanche, lorsque Guy A. Lepage a reçu à sa table la danseuse Kim Gingras, présentement juge à la compétition Danser pour gagner, à V.

C'est que Kim Gingras fait partie de la vingtaine de danseurs qui ont porté plainte à l'Union des artistes contre Bolton, lui reprochant des crises de colère, des excès de violence physique et verbale, de l'abus de pouvoir et de l'intimidation, des comportements allégués que recensait un article de La Presse+ en décembre dernier.

Très actif dans les milieux de la télévision et du spectacle québécois, Steve Bolton a notamment signé des numéros dans Les Dieux de la danse, La voix et les comédies musicales Footloose et Mary Poppins.

Kim Gingras, qui a dansé dans des vidéoclips de Beyonce et de Justin Timberlake, a fait partie pendant neuf ans de la troupe de Steve Bolton, et a entretenu pendant deux ans une relation amoureuse avec lui. En cours d'entrevue, Guy A. Lepage a voulu savoir pourquoi la jeune femme avait joint sa voix aux autres qui s'étaient élevées contre Bolton.

«Pour que ça arrête. Pour enfin dénoncer ça», a plaidé Kim Gingras, qui se dit solidaire du mouvement #MoiAussi.

Par contre, l'artiste n'a pas pu s'exprimer beaucoup, étant donné qu'elle dit avoir reçu une mise en demeure de la part de Steve Bolton juste avant la parution de l'article de La Presse+.

«C'était un peu ma façon de tourner la page, a-t-elle relevé. Je suis fière de moi, je suis fière de ma sœur...»

Comme l'expliquait La Presse+, Marie-Ève Gingras, la jeune sœur de Kim Gingras, aurait été frappée «violemment» à la hanche, des doigts et du poing, par Steve Bolton, parce qu'elle n'était pas capable d'accomplir un mouvement.

«Elle a fini avec un gros bleu», a informé Kim Gingras, dimanche.

Alors que Bolton soutient, pour sa défense, que sa liaison avec Kim Gingras s'est mal terminée et que cette dernière mélange les rapports professionnels et personnels, la principale intéressée nie fermement.

«Non, pas du tout. Notre relation personnelle c'était, il y a presque, je pense, 10 ans. Ç'a pas du tout rapport avec ça. C'est vraiment l'abus de pouvoir au travail, surtout. C'est ça qu'il faut arrêter. Ce n'est pas correct», a réitéré Kim Gingras à Tout le monde en parle.