NOUVELLES
05/03/2018 17:02 EST | Actualisé 05/03/2018 17:02 EST

Fin de la 7e ronde de négociations de l'ALÉNA: les États-Unis toujours aussi critiques

Cette ronde de négociations s'est tenue au Mexique.

Chrystia Freeland, Ildefonso Guajardo, Robert Lighthizer
Edgard Garrido / Reuters
Chrystia Freeland, Ildefonso Guajardo, Robert Lighthizer

Au terme de la septième ronde de négociations d'une nouvelle version de l'Accord de libre-échange nord-américain (ALÉNA), les États-Unis offrent la même critique qu'à la fin de la ronde précédente: les progrès sont trop lents.

Le représentant au Commerce des États-Unis, Robert Lighthizer, a fait ce commentaire alors qu'il se présentait devant la presse, lundi après-midi, aux côtés de la ministre canadienne des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, et du secrétaire à l'Économie du Mexique, Ildefonso Guajardo. Cette ronde de négociations s'est tenue au Mexique.

M. Lighthizer a souligné que les trois pays doivent s'entendre sur 30 chapitres et qu'après sept mois de pourparlers, les négociateurs n'ont réglé que le sort de six de ces chapitres. Il a rappelé que les Mexicains élisent un nouveau gouvernement en juillet et a souligné, au passage, les élections de mi-mandat dans son propre pays ainsi que les élections ontarienne et québécoise de 2018.

Il estime que les pressions politiques seront de plus en plus fortes dans les mois à venir.

La ministre Freeland et le secrétaire mexicain voient les choses autrement. Tous deux ont répété qu'il est possible d'arriver à une entente. Selon la ministre Freeland, les trois voisins ont fait de solides progrès.

Mme Freeland n'a pas raté l'occasion de répéter devant M. Lighthizer la réaction très négative du Canada à la perspective de l'imposition de tarifs sur l'acier et l'aluminium. La ministre a réitéré que le Canada ne resterait pas les bras croisés devant pareille mesure.

VOIR AUSSI: