POLITIQUE
05/03/2018 14:25 EST | Actualisé 05/03/2018 14:25 EST

Bloc québécois: les associations de comté doivent choisir leur camp

L'impasse persiste entre la chef du Bloc québécois, Martine Ouellet, et les sept députés démissionnaires.

THE CANADIAN PRESS
Martine Ouellet

L'accès aux listes de membres du Bloc québécois sera rétabli rapidement pour les associations de circonscription des sept députés démissionnaires en autant que celles-ci se rangent derrière le parti.

Les sept députés n'avaient plus accès à ces listes depuis qu'ils avaient quitté le caucus du Bloc québécois mercredi. Cela les empêchait de communiquer avec les membres.

Ils ne peuvent plus, non plus, participer aux comités exécutifs de leurs associations de circonscription qui deviennent ainsi orphelines, a expliqué le président du parti et député, Mario Beaulieu, en entrevue.

Les sept exécutifs devront donc choisir à qui ils donneront leur allégeance: leur député ou leur parti. Un exécutif qui choisirait d'appuyer un député démissionnaire perdrait toutes les ressources que lui fournit le Bloc québécois. Le parti pourrait alors élire un nouvel exécutif pour représenter l'association de circonscription.

L'impasse persiste entre la chef du Bloc québécois, Martine Ouellet, et les sept députés démissionnaires. Cette dernière, qui obtenu l'appui du bureau national samedi, entend demeurer à la tête du parti.

Les sept députés dissidents — Michel Boudrias, Rhéal Fortin, Simon Marcil, Monique Pauzé, Louis Plamondon, Gabriel Ste-Marie et Luc Thériault — ont prévu une rencontre téléphonique lundi pour discuter de la suite des choses.

Une deuxième rencontre du bureau national du Bloc québécois est également prévue samedi.

VOIR AUSSI: