NOUVELLES
02/03/2018 06:54 EST | Actualisé 02/03/2018 06:55 EST

«Les guerres commerciales sont bonnes et faciles à gagner», affirme Donald Trump

Il semble bien content des réactions de ses partenaires commerciaux.

Le président américain Donald Trump s'est réjoui vendredi des réactions préoccupées des partenaires commerciaux des Etats-Unis à ses projets de taxes sur les importations d'acier et d'aluminium en assurant que "les guerres commerciales sont faciles à gagner".

"Quand un pays (les Etats-Unis) perd des milliards de dollars en commerçant avec virtuellement tous les pays avec lesquels il fait des affaires, les guerres commerciales sont bonnes et faciles à gagner", a twitté le président américain.

"Par exemple, quand on a un déficit de 100 milliards de dollars avec un pays et qu'il fait le malin, on arrête de faire des affaires et on gagne gros. C'est facile", ajoute Donald Trump.

Le président américain Donald Trump a annoncé son intention d'imposer la semaine prochaine des taxes douanières de 25% pour l'acier et de 10% pour l'aluminium sur les importations aux Etats-Unis afin de protéger l'industrie sidérurgique nationale. Il n'a toutefois pas spécifié quels pays seraient visés.

Les Etats-Unis importent 30 millions de tonnes d'acier par an, pour une valeur de 24 milliards de dollars, et sont de ce fait le plus gros importateur au monde, selon des données du ministère allemande l'Economie.

Quelque 4% de cet acier sont importés d'Allemagne et 50% viennent de quatre pays : Canada, Brésil, Corée du Sud et Mexique.

L'annonce de Donald Trump a provoqué une réaction indignée des principaux partenaires commerciaux des Etats-Unis.

L'Union européenne a promis de réagir "fermement et proportionnellement pour défendre (ses) intérêts", l'Allemagne a indiqué qu'elle "rejette de telles taxes douanières".

Le Canada a de son côté dénoncé une mesure "inacceptable", Moscou dit "partager la préoccupation de "nombreuses capitales européennes", tandis que la Chine demande aux Etats-Unis de "refréner leur recours à des mesures protectionnistes" et de "respecter les règles du commerce multilatéral".