POLITIQUE
01/03/2018 05:48 EST | Actualisé 01/03/2018 05:53 EST

Aussant espère un retour de PKP... s'il assure l'indépendance de ses médias

Il reconnaît toutefois que le grand patron de Québecor n'est pas un candidat comme les autres.

Pierre Karl Péladeau
Mathieu Belanger / Reuters
Pierre Karl Péladeau

Jean-Martin Aussant accueillerait avec enthousiasme le retour de Pierre Karl Péladeau au sein du Parti québécois (PQ), mais il estime que des structures devraient alors être mises en place pour assurer l'indépendance des médias qui lui appartiennent.

En entrevue avec la Presse canadienne à la suite de l'annonce de son intention de briguer l'investiture péquiste dans Pointe-aux-Trembles, mardi, M. Aussant s'est dit convaincu que l'indépendance pourrait être réalisée si tous les "souverainistes de conviction" s'avançaient en même temps. Il croit de plus que le Québec serait déjà souverain si tel avait été le cas dans le passé.

Le grand patron de Québecor multiplie les déclarations depuis quelques semaines sur un éventuel retour en politique, se décrivant d'abord comme étant "en réserve de la république" dans une entrevue accordée à la radio de Radio-Canada. Puis la semaine dernière, sur le plateau de Mario Dumont à LCN, le président et chef de la direction de Québecor s'est aussi fait questionner sur ses intentions en vue du 1er octobre, date des prochaines élections. Le sourire aux lèvres, M. Péladeau a déclaré qu'il ne " fermait pas de porte ".

Selon l'ex-chef et fondateur d'Option nationale, la présence de M. Péladeau, ex-chef du Parti québécois et ex-député de Saint-Jérôme, serait donc un ajout plus que bienvenu au PQ.

M. Aussant reconnaît toutefois que le grand patron de Québecor n'est pas un candidat comme les autres étant donné le fait qu'il dirige le plus important conglomérat de médias au Québec.

Il serait donc nécessaire, selon lui, que des structures soient mises en place pour s'assurer dans les faits d'une indépendance de la presse, ce qui représente une évidence avec laquelle "tout le monde est d'accord".

Ce dernier estime que la population doit être rassurée que "le journalisme est factuel et non-biaisé" et que "ce pilier d'une démocratie reste indépendant", tout en affirmant avec insistance "que chaque citoyen a le droit de se présenter" et qu'il s'agit "d'un droit fondamental qu'il faut conserver".

Profond malaise

La question de l'indépendance des médias de Québecor avait initialement été soulevée par l'actuel chef du Parti québécois, Jean-François Lisée, en octobre 2014, soit dans les semaines précédant le lancement de la course à la direction du PQ.

Jean-François Lisée avait alors qualifié la situation de "bombe à retardement", semant un profond malaise au sein du PQ.

Bien que M. Péladeau avait démissionné de ses fonctions au sein des conseils d'administration de Québecor, Québecor Média, Groupe TVA en mars 2014 lorsqu'il avait annoncé qu'il se portait candidat dans Saint-Jérôme aux élections du 7 avril suivant, il était demeuré propriétaire de son bloc d'actions de contrôle du conglomérat.

Il s'était alors engagé à confier ses actifs à une fiducie sans droit de regard.

Après avoir été élu chef du parti en mai 2015, Pierre Karl Péladeau avait finalement confié ce bloc d'actions de contrôle à une société mandataire administrée entre autres par l'ex-président du Mouvement Desjardins, Claude Béland, en septembre 2015.

Le magnat de la presse avait alors soutenu qu'il s'agissait d'un mandat sans droit de regard.

L'entourage de M. Péladeau avait cependant précisé à l'époque que le mandat avait été donné "conformément aux déclarations antérieures de M. Péladeau" et, puisque celui-ci avait déjà affirmé publiquement qu'il donnerait instruction de ne pas vendre, il se trouvait ainsi à conserver le plein contrôle sur son bloc d'actions.

Revoir le code d'éthique

Le commissaire à l'éthique de l'époque, Jacques Saint-Laurent, avait qualifié en septembre 2015 la situation de M. Péladeau d'"exceptionnelle".

En commission parlementaire, Me Saint-Laurent avait suggéré de revoir les dispositions du code d'éthique de l'Assemblée nationale qui portent sur les fiducies sans droit de regard à la lumière de cette situation inédite.

Il avait toutefois précisé que les gestes posés par Pierre Karl Péladeau allaient au-delà des exigences du code d'éthique, puisque M. Péladeau était chef de l'opposition et que seuls les ministres avaient l'obligation de placer leurs avoirs dans une fiducie sans droit de regard en vertu du code d'éthique existant.

Plus tôt, en juin 2015, le jurisconsulte de l'Assemblée nationale et ancien juge en chef de la Cour d'appel du Québec, Me Claude Bisson, avait estimé qu'un mandat avec ordre de ne pas vendre les actions n'était pas, à son avis, un mandat sans droit de regard. Ce genre de fiducie, selon Me Bisson, aurait été illégale dans le cas d'un membre du Conseil exécutif.

Voir aussi: