NOUVELLES
28/02/2018 09:56 EST | Actualisé 28/02/2018 09:56 EST

L'importante chaîne Dick's Sporting Goods cesse de vendre des fusils d'assaut semi-automatiques aux États-Unis

«Nous vous avons entendus. La nation vous a entendus», écrit le PDG aux élèves américains.

Des armes semi-automatiques vendues dans un magasin de Las Vegas. (Archives)
AFP/Getty Images
Des armes semi-automatiques vendues dans un magasin de Las Vegas. (Archives)

L'une des plus grandes chaînes de magasins d'articles de sports des Etats-Unis, Dick's Sporting Goods, a annoncé mercredi qu'il cessait immédiatement de vendre des fusils d'assaut semi-automatiques, deux semaines après la tuerie dans un lycée de Parkland (Floride) qui a fait 17 morts.

En outre, le distributeur ne vendra plus de chargeurs de grande capacité ni d'armes aux moins de 21 ans, bien que certaines législations locales l'autorisent.

"Nous (...) sommes profondément perturbés et attristés par les événements tragiques qui se sont déroulés à Parkland. Nos pensées et nos prières vont aux victimes et à ceux qui les chérissaient", a déclaré Edward Stack, le PDG de Dick's Sporting Goods dans un communiqué.

Nous pensons qu'il est temps d'agir.Edward Stack, PDG

Le patron révèle également que sa société avait vendu en novembre 2017 une arme au jeune homme, Nikolas Cruz, responsable de la fusillade. "Ce n'était ni l'arme ou ni le type d'arme qui a été utilisée par le tireur. Mais cela aurait pu être le cas", souligne-t-il.

"Les pensées et les prières ne sauraient suffire", ajoute le PDG exhortant à agir pour qu'une telle tragédie de ne se reproduise pas, une prise de position autant symbolique qu'inédite dans le pays.

Aux élèves qui s'élèvent contre les armes, M. Stack dit: "nous vous avons entendus. La nation vous a entendus". "Nous pensons qu'il est temps d'agir", ajoute-t-il.

L'entreprise "implore" en outre les élus de promulguer une réforme sur les armes et de mettre en oeuvre des réglementations à commencer par l'interdiction des armes de types fusils d'assaut semi-automatiques, l'interdiction de chargeurs de grande capacité ou encore de porter à 21 ans, l'âge minimum requis pour acquérir une arme.

Cette prise de position intervient alors que le lycée Marjory Stoneman Douglas de Parkland, en Floride, rouvrait ses portes mercredi deux semaines après la fusillade meurtrière.

Depuis le drame, l'émotion n'est pas retombée autour de l'établissement qui a perdu 14 élèves et trois enseignants sous les balles de Nikolas Cruz, un ancien étudiant de l'établissement.

Agé de 19 ans, il avait acheté légalement un fusil semi-automatique malgré des problèmes psychologiques qui avaient fait l'objet de plusieurs signalements à la police.