DIVERTISSEMENT
28/02/2018 05:55 EST | Actualisé 28/02/2018 05:58 EST

Les Respectables: «rocker» une salle au tiers pleine

Quand vos amis ne se pointent pas à votre anniversaire...

Facebook/Les.Respectables1/

Imaginez que vous célébrez votre 25e anniversaire, que vous avez loué une grande salle pour recevoir vos amis pour l'occasion... et que seulement quelques noms de votre longue liste d'invités se pointent au rendez-vous.

C'est un peu ce qui est arrivé aux Respectables qui, mardi, soulignaient leur quart de siècle de carrière au Théâtre Outremont, dans le cadre de Montréal en lumière. La salle de l'avenue Bernard était tout au plus au tiers pleine, et son balcon, fermé, pour cette rétrospective musicale d'une formation qui a souvent évoqué ses ambitions internationales.

Le groupe avait beau promettre un survol de ses plus grands succès – il pouvait piger dans un baluchon de tubes radio suffisamment imposant pour garantir un programme intéressant aux nostalgiques – et une relecture du répertoire des Rolling Stones, grandes idoles de la troupe de Sébastien Plante, on sentait que le concert, qu'on décrivait comme plus rock que rock, n'était pas l'événement le plus couru en ville.

Heureusement, ça s'est peu à peu garni au premier droit du spectacle, lequel a débuté avec près de 30 minutes de retard, avec On fait c'qu'on aime, Belle comme avant et Cette vie.

Et les spectateurs présents ont été généreux. Au début, du moins. Ils ont accueilli les quatre musiciens avec des cris de joie qu'on sentait polis à l'origine, puis un peu plus consistants au fur et à mesure que les minutes avançaient. Ç'a probablement aidé que d'enchaîner le ver d'oreille L'argent fait le bonheur. Les gens ont balancé leur bras de gauche à droite sur l'ordre du leader, tandis que déboulaient Sweet Mama, Le monde à l'envers et Plaisir.

Les plus énergiques – de la gent féminine, surtout -, ont beaucoup dansé, mais très peu nombreux sont ceux (et celles) qui sont resté(e)s debout tout du long. Une bonne partie de l'assistance a obtempéré au désir de Sébastien Plante en se levant pour Amalgame mais, étrangement, les premières rangées sont demeurées de glace. L'enthousiasme est revenu surHola Décadence, juste avant l'entracte, qui arrivait après l'inénarrable Homme 7 up.

Le bât a également blessé quand le chanteur se taisait pour laisser la foule chanter à sa place. Il s'est buté au silence du parterre sur Plaisir, et ce n'est qu'à la fin d'Amalgame que les choristes d'un soir ont rempli leur rôle. Visiblement, les supporteurs étaient peut-être heureux d'être là, mais ils ne fredonnent pas tous les jours l'œuvre des Respectables...

Tranquille pour les Stones

Or, malgré la participation inégale du public, les Respectables ont quand même «rocké», et leurs chansons et leur attitude de gagnants compensaient pour les bancs vides et l'absence parfois flagrante de réponse.

Il faut dire que ces artistes savent y faire, sur une scène. Dans leur stature juste assez négligée, leur style vestimentaire, leur façon de bouger, de tenir leur instrument, et même leurs airs - avouons-le, souvent aussi pop que rock -, ils jouent avec brio les rock stars, en sachant projeter cette aura de band mythique et adulé, une étiquette qu'ils rêvent de se faire coller, comme en font foi leurs souhaits répétés ad nauseam de percer le marché international.

Mardi, en deuxième partie, dans leur portion vouée aux Rolling Stones, Sébastien Plante avait beau se démener en interprétant sa propre version de Mick Jagger, le Théâtre Outremont semblait plus fatigué et figé que jamais.

Ils étaient maintenant cinq à l'avant, avec le guitariste invité Richard Boivin. Plante courait partout, s'écartait bras et jambes, ne faisait qu'un avec son micro, secouait ses maracas comme si elles lui libéreraient un trésor, donnait visiblement tout ce qu'il avait mais, hélas, il paraissait presque abandonné devant les rangées immobiles qui n'en avaient quasi que faire. Il est même descendu dans la salle pour distribuer des high five, et ce n'est que plusieurs minutes après avoir rejoint sa foule que celle-ci a daigné réagir. Seules quelques exclamations entre les pièces laissaient savoir aux Respect' qu'ils n'étaient pas seuls.... Et ces jeunes admiratrices qui se sont approchées de la scène pour danser et arracher une caresse à la voix des Respectables, et qui ont finalement eu l'honneur d'aller se trémousser au milieu des instruments.

Une fête d'anniversaire à demi-réussie qui ne s'inscrira peut-être pas aux annales des Respectables, malgré sa forte symbolique. Les reverra-t-on pour leur 50e...?

Les Respectables poursuivent la tournée de leur 25e anniversaire et lanceront sous peu un nouvel album. On consulte leur site pour plus de détails.

Le 19e Festival Montréal en lumière se poursuit jusqu'à dimanche.

Voir aussi: