NOUVELLES
28/02/2018 17:41 EST | Actualisé 28/02/2018 17:48 EST

L'attentat à la mosquée de Québec est cité dans un projet de loi américain

Cet attentat est identifié comme un exemple de «menaces terroristes intérieures».

THE CANADIAN PRESS/Ryan Remiorz

Un projet de loi américain destiné à contrer la violence des groupes suprémacistes blancs évoque notamment la tuerie à la grande mosquée de Québec comme un exemple de «menaces terroristes intérieures».

L'attentat de Québec est l'un des six crimes cités dans le projet de loi 4918 sur «la prévention du terrorisme intérieur», qui a été déposé ce mois-ci à la Chambre des représentants; le Sénat américain avait déjà déposé un projet de loi semblable un peu plus tôt.

En préambule, le texte du projet de loi évoque le geste de ce jeune homme qui cultivait des sentiments anti-musulmans et qui est maintenant accusé d'avoir tué six personnes à Québec. Le projet de loi stipule qu'il s'agit de la toute première fusillade perpétrée dans une mosquée d'Amérique du Nord, et qu'elle a été «qualifiée par le premier ministre Trudeau d'attentat terroriste».

Le projet de loi cite aussi une fusillade dans un temple sikh au Wisconsin, le rassemblement de suprémacistes blancs à Charlottesville, une fusillade dans un centre communautaire juif du Kansas, l'assassinat d'un Afro-Américain à New York et la fusillade dans une église de Charleston. On rappelle aussi des statistiques qui indiquent que depuis les attentats du 11 septembre 2001 aux États-Unis, beaucoup plus d'Américains ont été tués par des terroristes blancs d'extrême droite que par des islamistes radicaux.

Le projet de loi exigerait notamment que le gouvernement américain publie chaque année des données précises sur le «terrorisme intérieur», et qu'il forme les policiers locaux afin qu'ils puissent davantage reconnaître les signes d'une menace potentielle.

Le parrain du projet de loi, le représentant démocrate de l'Illinois Brad Schneider, soutient que le problème est plus important que l'on pense, et qu'il est en pleine croissance.

«Une note conjointe du FBI et du département de la Sécurité intérieure révélait récemment que les organisations de suprémacistes blancs avaient été responsables de 49 homicides et de 29 attentats entre 2000 et 2016 — plus que n'importe quel autre mouvement extrémiste au pays», a plaidé M. Schneider à la Chambre des représentants.

Une minorité seulement de projets de loi sont adoptés au Congrès, et celui-ci a été déposé par un parti qui est minoritaire dans les deux chambres.

À la suite des violences de Charlottesville l'été dernier, le Congrès avait adopté à l'automne une résolution symbolique demandant au président américain de dénoncer publiquement toute organisation qui préconise le racisme, l'extrémisme, la xénophobie, l'antisémitisme et le suprémacisme blanc. La résolution demandait aussi aux autorités fédérales d'utiliser toutes les ressources nécessaires afin de combattre ces organisations.

Alexandre Bissonnette fait face à 12 chefs d'accusation — dont six de meurtre prémédité — relativement à la tuerie de la grande mosquée de Québec, le 29 janvier 2017; son procès doit s'ouvrir le 26 mars.

VOIR AUSSI: