NOUVELLES
28/02/2018 16:24 EST | Actualisé 01/03/2018 06:17 EST

La Floride se prépare à armer les enseignants avec la fusillade

Un projet de loi dédierait 67 M$ pour permettre à des professeurs et des employés choisis d'être entraînés à porter une arme dissimulée.

La Chambre des représentants et le Sénat de la Floride, contrôlés par les républicains, ont déposé cette semaine des projets de loi qui permettraient à des enseignants de porter des fusils dans les classes, faisant écho aux appels des républicains fédéraux à avoir plus d'armes dans les écoles après la fusillade de la St-Valentin à l'école secondaire Marjory Stoneman Douglas.

L'ensemble des mesures de la législature, approuvée par des comités des deux chambres, dédierait 67 millions $ pour créer des «agents» d'écoles - soit des enseignants ou des employés de l'école entraînés au port d'arme à feu dissimulée.

Le président Donald Trumpa avancé la semaine dernière l'idée d'armer jusqu'à 20% des enseignants, proposant des bonis pour les éducateurs qui suivent une formation. Des groupes spécialisés dans l'application de la loi et des organisations d'enseignants se sont vivement opposés à cette idée.

Les projets de loi floridiens augmenteraient aussi l'âge minimum pour l'achat d'une arme à feu de 18 à 21 ans, interdirait la vente de «bump stocks» qui permettent à certains fusils semi-automatiques à tirer aussi rapidement qu'une arme automatique, instituerait une période de trois jours après l'achat d'un fusil, et augmenterait les ressources en santé mentale dans les écoles.

«Je veux rendre virtuellement impossible pour quiconque qui a des problèmes mentaux d'utiliser un fusil», a dit le gouverneur républicain Rick Scott la semaine dernière.

«L'histoire montre qu'une fusillade dans une école dure, en moyenne, trois minutes. Ça prend environ 5 à 8 minutes aux premiers répondants et à la police pour se rendre au site du crime. Des enseignants ou entraîneurs hautement entraînés, adeptes de fusils, résoudraient le problème instantanément, avant l'arrivée de la police. TRÈS DISSUASIF!», a tweeté le président.

Le gouverneur Scott a exprimé son opposition à l'armement des enseignants, mais ne s'est pas encore prononcé concernant l'armement d'autres membres du personnel ou s'il appuie les projets de loi déposés cette semaine.

D'autres États ont peut-être donné de l'inspiration à la suggestion de Trump. Par exemple, le Texas a déjà son propre programme d'agent, et permet à des districts scolaires de choisir d'armer des enseignants.

Ce texte initialement publié sur le HuffPost États-Unis a été traduit de l'anglais.