NOUVELLES
28/02/2018 12:36 EST | Actualisé 28/02/2018 15:15 EST

Benjamin Hudon-Barbeau a écopé d'au moins 35 ans de prison

Il y a un risque de récidive très important, selon la juge.

Benjamin Hudon-Barbeau, l'homme connu au Québec pour sa spectaculaire évasion de prison en hélicoptère, a été condamné à une peine rarement vue: pour avoir commandité deux meurtres et deux tentatives de meurtre, il a écopé de la prison à vie, sans possibilité de libération conditionnelle avant 35 ans.

La juge France Charbonneau de la Cour supérieure a imposé cette lourde peine à l'homme mercredi matin au palais de justice de Saint-Jérôme.

Hudon-Barbeau, âgé de 41 ans, avait fait les manchettes en 2013 lorsqu'il avait orchestré son évasion de la prison de Saint-Jérôme par hélicoptère et que des images avaient circulé de par le monde, le montrant suspendu en tenant une corde. Il avait été rapidement retrouvé par les policiers dans un chalet en compagnie de certains de ses complices.

Dans la présente cause, il avait été reconnu coupable par un jury le 17 novembre dernier de deux meurtres et de deux tentatives de meurtre, commis à l'automne 2012. La preuve a démontré qu'il s'est servi d'un homme de main, Ryan Wolfson, pour commettre les crimes sur ses ordres. Ce dernier a été reconnu coupable d'avoir tué deux hommes et tenté d'en éliminer deux autres. Il a toutefois été libéré pour l'un des meurtres après que son avocat eut plaidé des délais déraisonnables pour les procédures criminelles en invoquant l'arrêt Jordan de la Cour suprême.

"Wolfson a été l'arme de Benjamin Hudon-Barbeau", avait affirmé le procureur de la Couronne, Steve Baribeau, lorsqu'il avait prononcé son exposé d'ouverture aux membres du jury.

Dans son jugement de 51 pages sur la peine, la juge Charbonneau a souligné que les perspectives de réhabilitation de l'homme à court, moyen et même long terme sont "quasi-inexistantes".

Il y a un risque de récidive très important, note-t-elle, ajoutant que l'homme était motivé par "un désir de vengeance et l'appât du gain".

Elle note qu'à peine neuf mois après sa sortie de prison, il a "choisi de régler ses comptes dans le sang".

"Sa personnalité décrite aux limites de la psychopathie, son caractère extrêmement manipulateur, violent et narcissique, jumelé à son absence de reconnaissance et de responsabilité, sa tendance répétée à reporter sur les autres la responsabilité de ses actes, son absence d'introspection et de sens moral, font qu'il est actuellement très dangereux pour la société", écrit la juge.

La Couronne avait plaidé pour qu'il reste derrière les barreaux pendant de longues années et qu'il n'ait pas le droit de requérir une libération avant 50 ans.

"C'est malheureux parce que M. Hudon-Barbeau, malheureusement, les pronostics en matière de réhabilitation sont fort sombres. C'est quelqu'un d'une dangerosité extrême. C'est quelqu'un qui a de la difficulté à se contenir", a déclaré Me Baribeau.

"Il faut protéger la société", a-t-il ajouté.

Hudon-Barbeau était déjà en train de purger une peine de 16 ans de pénitencier pour son évasion par la voie des airs.

Avec la collaboration de Cogeco Nouvelles