POLITIQUE
27/02/2018 16:23 EST | Actualisé 27/02/2018 17:29 EST

Plan d'action sur les langues: moins d'argent au budget que demandait la FCFA

«Le plan d'action améliorera les services dans les communautés de langue officielle en situation minoritaire et favorisera le bilinguisme partout au Canada.»

Le gouvernement fédéral investit un montant en deçà des attentes de la Fédération des communautés francophones et acadiennes (FCFA) pour faire la promotion des deux langues officielles.

Le budget déposé mardi par le ministre des Finances Bill Morneau prévoit une enveloppe de 400 millions $ sur cinq ans pour le Plan d'action sur les langues officielles, alors que l'organisme de défense des droits linguistiques réclamait 575 millions $ d'Ottawa.

Le président de la FCFA, Jean Johnson, avait soutenu que l'injection de cette somme s'imposait en raison des compressions encaissées par les communautés linguistiques en situation minoritaire au cours des dernières années.

Il s'est récemment déplacé à Ottawa pour faire part de ses inquiétudes prébudgétaires, se disant préoccupé en entendant les rumeurs qui circulaient quant au montant que le gouvernement était prêt à allonger.

La ministre du Patrimoine canadien, Mélanie Joly, avait suggéré, en réaction à cette sortie médiatique, que les craintes de la FCFA se dissiperaient lorsqu'elle dévoilerait son plan d'action quinquennal 2018-2023.

Selon ce que prévoit le budget fédéral, il sera assorti d'une enveloppe de 400 millions $ à compter de l'an prochain jusqu'en 2023, puis de 88,4 millions $ par année par la suite.

Le plan d'action "améliorera les services dans les communautés de langue officielle en situation minoritaire et favorisera le bilinguisme partout au Canada", est-il précisé dans l'exercice financier, un troisième consécutif que signe Bill Morneau à l'encre rouge.

Les sommes mises de côté serviront notamment à financer les organismes communautaires, les activités culturelles, artistiques et patrimoniales ainsi que les stations de radio et les journaux dans les communautés linguistiques en situation minoritaire.