Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Un journal historique du Brésil de retour en kiosque

Le quotidien Jornal do Brasil, journal emblématique de Rio de Janeiro fondé en 1896, a retrouvé sa version papier, après huit ans de circulation exclusivement en numérique.

Ce retour dans les kiosques du "JB" (prononcer Jota Bé) a été célébré par de nombreux Cariocas, nom donné aux habitants de Rio, la première édition, tirée à 40.000 exemplaires dimanche, ayant été épuisée en quelques heures.

"Le retour de l'édition papier a connu un énorme succès, (...) les lecteurs ayant couru vers leurs kiosques pour se procurer un exemplaire", s'est félicité le quotidien en une de son édition de lundi, avec un tirage moitié moindre (20.300).

La première édition, illustrée en une par un dessin du célèbre Christ Rédempteur, avec pour titre "Rio a des solutions", comportait des tribunes de personnalités politiques comme l'actuel président, Michel Temer, ou l'ex-président Luiz Inacio Lula da Silva (2003-2010).

Le nouveau projet du quotidien, qui compte une trentaine de journalistes, est porté par Omar Resende Peres, dit "Catito", qui a fait fortune dans l'industrie navale et acheté le journal en février 2017.

À contre-courant du modèle actuel des grands médias, ce chef d'entreprise de 60 ans a affirmé dans un entretien au journal Folha de Sao Paulo "tout miser sur la vente en kiosque", accordant moins d'importance à la publicité et aux abonnements.

Candidat malheureux aux législatives à plusieurs reprises, il est pressenti pour briguer le poste de gouverneur de Rio aux élections générales d'octobre, pour le Parti Démocratique Travailliste (PDT, centre gauche).

Journal de référence pendant plus d'un siècle, le "JB", qui s'était notamment élevé contre la dictature militaire (1964-1985) a vu sa diffusion baisser drastiquement à la fin des années 1990, au bénéfice de son concurrent historique, O Globo.

En août 2010, quand le format papier a disparu au profit d'un contenu 100% en ligne, le groupe avait affirmé être "en avance sur son temps", invoquant également des raisons écologiques, pour éviter que des arbres soient abattus.

lg/pt/mct

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.