DIVERTISSEMENT
26/02/2018 17:47 EST | Actualisé 26/02/2018 17:47 EST

Mickaël Gouin : le bon garçon de la télé québécoise

Le comédien s'assure de nuancer ses personnages au maximum.

Julie Artacho

Dans la télésérie Hubert et Fanny, Mickaël Gouin joue le copain cocu de Fanny, un garçon fidèle, sérieux, investi et attentionné. Dans la comédie En tout cas, il interprète le fils chouchou du personnage de Danielle (Guylaine Tremblay), un jeune entrepreneur à succès, papa et amoureux de la même fille depuis toujours. Lui-même étonné des rôles de bons garçons qu'on lui donne depuis peu, le comédien s'amuse avec son casting et s'assure de nuancer ses personnages au maximum.

Comment décrirais-tu ton image dans les projets actuels?

J'inspire le bon garçon, ce qui n'était pas le cas avant. J'ai toujours joué des rôles de fuckés : des bad boys qui sniffaient de la cocaïne et qui couchaient avec plein de filles, ou des baveux qui faisaient des fuck you à tout le monde. Ça me fait drôle de jouer les bons petits garçons. Je suis très surpris de ça. Mon objectif en tant qu'acteur est de me transformer le plus possible d'un personnage à l'autre.

Yan Turcotte

DansHubert et Fanny, comment as-tu abordé le personnage de Guillaume?

Au départ, l'objectif de la production était de créer un penchant à Hubert pour que les téléspectateurs comprennent que Fanny est mêlée entre le tatoueur mystérieux et le bon gars. Je l'avais imaginé comme un beau dude cool et hyper fidèle, pour illustrer la compétition... même si à mon climax, je n'arrive pas à la cheville de Thomas Beaudoin (Hubert), qui est le plus beau gars sur la planète! Finalement, lors des essayages de costumes, j'ai vu qu'on l'habillait en polo, avec les cheveux peignés sur le côté. Son look m'a fait comprendre qu'il avait quelque chose de volontaire. Il est très amoureux, mais un peu too much. Ceci dit, je dois le rendre le plus humain possible, pour ne pas qu'on le perçoive comme le bon gars looser en opposition au mauvais garçon séduisant.

Va-t-il remettre en question sa responsabilité dans ce qui arrive à son couple ou continuer de tout reprocher à Fanny?

Présentement, il est beaucoup en réaction à la situation, mais il va beaucoup se remettre en question et réaliser qu'il l'a peut-être échappé un peu... Guillaume est un gars très droit, réfléchi, qui calcule et anticipe pas mal tout pour que son cocon demeure sécuritaire. Il veut avoir le contrôle sur son existence et celle de sa famille. Mais là, il perd le contrôle pour la première fois de sa vie...

Tu joues également un petit parfait dans En tout cas, mais on sent une proposition d'acteur réellement différente. Comment vois-tu Fred?

C'est un gars complètement libéré, encore très juvénile, qui ne s'en fait pas trop avec le vie. Ses affaires vont bien, il aime sa femme, il est le préféré de sa mère, et en plus, il peut donner son point de vue sur la vie de sa sœur, en étant backé par sa mère. J'aime sa petite touche baveuse, qui me ressemble beaucoup, avec son côté petit gars à maman, un peu au-dessus de tout, parce que tout va bien.

En tout casest surtout composée de saynètes, mais on voit le personnage de Chloé (Anne-Élisabeth Bossé) tendre vers son projet de resto et celui de Danielle (Guylaine Tremblay) trouver ses repères à Montréal. Quel est l'arc dramatique de ton personnage?

Dans la première saison, il évolue surtout en fonction de sa famille. Il arrive souvent dans les situations pour puncher, donner son opinion sur ce que sa sœur a vécu. S'il y a une deuxième saison, c'est certain qu'on va suivre son propre chemin davantage.

On sent une grande complicité entre Guylaine, Anne-Elisabeth et toi. C'est arrivé naturellement?

Vraiment! Il fallait croire rapidement à leur dynamique familiale, quand ils s'écoeurent et se remettent en question. Il ne fallait pas que ça ait l'air haineux. On devait sentir leur vécu, le passé qu'ils ont traversé ensemble, comme s'ils avaient eu 1000 fois certaines conversations.

Tu apparais présentement au cinéma dans le film de Guillaume Lambert, Les scènes fortuites. Comment décrirais-tu ta brève participation?

C'est un petit caméo. C'est ça qui est intéressant dans le film : il y a 150 personnages qui passent dans la vie du personnage de Guillaume le temps d'une soirée, d'une journée ou d'un matin. Quand il m'a appelé pour me parler du film, il m'a dit qu'il voulait créer un duo décalé qui le fait chier durant un souper et qu'il avait pensé à Léane Labrèche-Dor et moi pour jouer le contraire de nous. J'ai dit oui sans avoir lu le scénario. Je crois beaucoup en son talent!

Le 4 avril, on pourra également découvrir la deuxième saison de la websérie L'âge adulte sur Tou.tv, un autre projet de Guillaume Lambert. À quoi peut-on s'attendre?

Guillaume veut créer un triptyque. La première saison se concentrait sur mon personnage, Alex. La deuxième sera sur le sien, Tom. Et la troisième sur sa sœur. Durant la deuxième, un drame survient dans notre famille, mais ce sera aussi très drôle, à la manière Guillaume Lambert : on ne peut pas rire de quelque chose, mais on le fait pareil. À partir de là, chacun essaie d'être là pour l'autre, tout en étant prisonniers d'eux-mêmes.

L'été prochain, tu vas jouer au Théâtre de la Marjolaine avec Léane, Marie-Soleil Dion, Olivier Aubin, Louis-Olivier Mauffette et Chantal Dumoulin dans la pièce On t'aime Mickaël Gouin!. Qu'est-ce que c'est?

J'interprète le comédien Mickaël Gouin qui a un accident de voiture et qui se fait kidnapper par une famille qui tripe vraiment beaucoup sur lui et qui essaie de le convaincre de faire partie de leur famille. Comme il refuse, ça ouvre la porte à une parodie de Misery... C'est un peu de l'humour absurde, tout en étant une critique de l'idée que c'est un métier d'être une vedette. Il y a beaucoup de blagues sur notre milieu et sur cette famille complètement déconnectée.