Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Loblaw pourra offrir la livraison à des stations de train à Toronto

Les consommateurs aux horaires surchargés auront bientôt un outil de plus leur permettant d'éviter de se déplacer au supermarché, les détaillants canadiens augmentant leur offre de commerce électronique pour faire concurrence au géant américain Amazon.

Les Compagnies Loblaw ont annoncé lundi le lancement d'un nouveau service qui permettra à ses clients de passer une commande en ligne et de la ramasser à certaines stations de train Go Transit, dans la grande région de Toronto, à la fin de leur journée de travail du lendemain.

«Il s'agit d'une extension logique de nos services de commerce électronique qui ne cessent de gagner en popularité, les clients appréciant de plus en plus le fait de pouvoir faire leur épicerie en ligne et de ramasser leur commande au moment qui leur convient», a expliqué dans un communiqué le vice-président au commerce électronique de Loblaw, Jeremy Pee.

Loblaw s'est associé pour ce projet à l'agence de transport régional Metrolinx, du gouvernement ontarien, qui coordonne et intègre les différents modes de transport dans les régions de Toronto et de Hamilton.

Le partenariat desservira dès ce printemps les stations Bronte, Oakville, Rouge Hill, Whitby et Clarkson, a indiqué l'entreprise, mais Loblaw a l'intention d'étendre le service à d'autres emplacements de la région.

Les produits proviendront de magasins Loblaws et Fortinos situés près des stations de train. Les commandes pourront être ramassées dans un camion de livraison spécial, dans des casiers ou dans un kiosque fermé.

Ce service s'inspire du service Cliquez et ramassez de Loblaw, lancé en 2014, par l'entremise duquel les clients peuvent commander en ligne et ramasser leur épicerie dans plus de 300 magasins à l'échelle nationale. Le détaillant déploie ce service particulièrement rapidement, et de nouveaux magasins participants sont ajoutés au projet sur une base quasi quotidienne.

En novembre, l'épicier a annoncé qu'il commencerait à effectuer des livraisons à domicile dans les régions de Toronto et de Vancouver grâce à un partenariat avec la californienne Instacart.

Les épiciers canadiens accélèrent l'expansion de leurs projets de commerce électronique depuis qu'Amazon a annoncé l'an dernier son acquisition de Whole Foods Market, incluant ses 13 emplacements canadiens.

Peu de temps après, Loblaw a annoncé son service de livraison à domicile, tandis que Sobeys a signé une entente pour le déploiement d'un service de commande en ligne, de traitement automatisé et de livraison d'épicerie dans la grande région de Toronto. Ce dernier projet devrait être opérationnel dans environ deux ans.

Plus tôt en février, Walmart Canada a annoncé s'être alliée à la vancouvéroise Sustainable Produce Urban Delivery pour commencer à offrir la livraison à domicile dans la ville d'ici cet été.

Le nouveau service PC Express annoncé lundi par Loblaw est conforme à son objectif d'offrir le plus haut niveau d'utilité et de valeur, et cela devrait l'aider à maintenir et faire croître sa base de consommateurs, a estimé l'analyste Irene Nattel, de RBC Dominion valeurs mobilières, dans une note.

«Dans un monde qui veut de plus en plus offrir aux consommateurs la possibilité de magasiner comme ils le veulent, quant ils le veulent et où ils le veulent, Loblaw continue d'étendre son offre et de conserver un avantage relatif», a-t-elle fait valoir.

Entreprises dans cette dépêche: (TSX:L, TSX:EMP.A)

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.