Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Daimler: méfiance de Berlin après l'arrivée d'un actionnaire chinois

La ministre allemande de l'Économie a estimé lundi que l'entrée dans le capital de Daimler d'un milliardaire chinois pouvait "poser des problèmes", dans un contexte de défiance à l'égard des ambitions chinoises en Europe.

"Nous devons rester particulièrement attentifs (...). Si une entreprise concurrente devait rentrer au conseil de surveillance de Daimler, cela pourrait poser problème", a réagi la ministre sociale- démocrate Brigitte Zypries dans un entretien au journal Stuttgart Zeitung, exigeant des explications.

Le groupe industriel Geely, détenu par le milliardaire chinois Li Shufu, est arrivé en puissance et par surprise vendredi au capital de l'automobiliste allemand Daimler, devenant son premier actionnaire.

L'industriel chinois, également constructeur, a acquis 9,6% des parts de la maison mère de Mercedes-Benz et Smart, supplantant ainsi un fonds public koweïti jusque là détenteur de 6,8% des parts de Daimler, devant les 3,1% de Renault-Nissan.

Face à certaines inquiétudes, l'un des dirigeants du groupe automobile allemand s'est voulu rassurant concernant les ambitions du groupe chinois, soulignant notamment que les emplois n'étaient pas menacés par l'arrivée de cet investisseur.

"Je n'ai encore jamais vu un actionnaire qui s'immisce dans la gestion quotidienne chez nous", a dit le responsable du personnel, Wilfried Porth, dans un entretien au Frankfurter Allgemeine Zeitung à paraître mardi.

Et "il n'y a pas d'indices" laissant penser que cela pourrait changer, a-t-il ajouté. "Le nouvel investisseur soutient complètement notre stratégie et la direction. Il n'y a pas d'emplois menacés", selon M. Porth.

La ministre allemande sur le départ a également plaidé dans le journal Handelsblatt pour que cette ouverture ne soit pas "une porte d'entrée pour servir la politique industrielle d'autres Etats", tout en affirmant que l'Allemagne reste "une économie ouverte à l'investissement étranger".

Le journal a affirmé la semaine dernière que Berlin était à la manoeuvre pour tenter de bloquer l'achat par le conglomérat d'Etat chinois SGCC de 20% de l'opérateur électrique régional allemand 50Hertz.

La chancelière Angela Merkel a également mis en garde la semaine dernière contre les appétits de Pékin après l'annonce du projet chinois de "Nouvelles routes de la soie", un colossal plan d'investissements dans les infrastructures, routes et autoroutes européennes.

"Dans les relations avec la Chine, c'est très important que l'ouverture ne vienne pas que d'une partie mais de toutes les parties", avait-t-elle souligné.

En juillet dernier, l'Allemagne s'est dotée d'un décret explicitement censé la protéger des ambitions des investisseurs chinois sur les entreprises liés aux activités stratégiques du pays (infrastructures, informatique, énergie) et qui soumet à l'examen du ministère de l'Economie tout investissement portant sur plus de 25% du capital d'une entreprise par un investisseur situé hors de l'Union européenne (UE) ou de l'Association européenne de libre échange (AELE).

dar-yap/mra

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.