NOUVELLES
25/02/2018 11:45 EST | Actualisé 25/02/2018 11:45 EST

L'Oratoire Saint-Joseph se dotera de «la plus haute fenêtre sur Montréal»

Ce point de vue offrira une vue à 360 degrés bien au-delà des limites de la métropole. Les travaux de réfection de l'Oratoire Saint-Joseph nécessiteront dans l'ensemble des investissements de 80 millions $.

Douglas Keister/Corbis via Getty Images

La remise à neuf de l'Oratoire Saint-Joseph reprendra cette année pour aboutir, en 2020, à l'aménagement d'un observatoire au sommet de la basilique — «la plus haute fenêtre sur Montréal».

Dans le cadre de la prochaine phase des travaux, le site verra certains de ses espaces illuminés, se dotera d'un nouveau pavillon d'accueil et se fera plus invitant pour les piétons par le biais d'un réaménagement paysager.

Le recteur du sanctuaire, le père Claude Grou, explique que ces projets, dont la réalisation s'étirera sur deux ans, découlent notamment d'un souci d'accessibilité pour les personnes à mobilité réduite.

La crypte sera par exemple directement reliée au chemin Queen-Mary par des escaliers mécaniques, a-t-il illustré, en entrevue téléphonique avec La Presse canadienne.

La dernière phase de cette cure de jouvence prévoit quant à elle la rénovation complète du musée de l'Oratoire, à partir duquel les visiteurs pourront accéder à l'espace entre les dômes intérieur et extérieur pour observer la basilique en la surplombant.

L'entre-dômes donnera à son tour accès à «la plus haute fenêtre sur Montréal», au niveau du lanterneau de la basilique, qui offrira une vue à 360 degrés bien au-delà des limites de la métropole.

Le père Claude Grou soutient que ce panorama fera de l'Oratoire un attrait touristique d'autant plus incontournable, alors qu'il reçoit déjà deux millions de visiteurs chaque année.

Ces travaux nécessiteront dans l'ensemble des investissements de 80 millions $.

«L'idée de rendre ça accessible, ça fait partie du projet de l'Oratoire depuis le tout début, qu'on puisse en faire un lieu où les gens peuvent faire une expérience de contemplation, de prière et puis d'admiration de tout ce qui est beau dans la nature», a exposé le père Grou.