NOUVELLES
25/02/2018 18:27 EST | Actualisé 25/02/2018 18:29 EST

Atwal dit s'être abstenu de la réception pour Trudeau pour éviter de l'embarrasser

Jaspal Atwal a été reconnu coupable d'avoir tenté de tuer le ministre indien Malkiat Singh Sidhu en 1986.

Adnan Abidi / Reuters

L'homme par qui la controverse frappa Justin Trudeau en Inde dit avoir tissé des liens d'amitié avec le premier ministre et compte garder ses distances pour éviter de l'embarrasser encore plus.

Mais le cabinet du premier ministre soutient que les déclarations de Jaspal Atwal, reconnu coupable de tentative de meurtre en 1980, ne sont pas crédibles, surtout celle où l'individu prétend être un ami de Justin Trudeau.

M. Atwal a été interviewé par La Presse canadienne dans la foulée du tumultueux séjour de M. Trudeau en Inde. Le premier ministre est revenu dimanche au pays.

Jaspal Atwal dit avoir reçu directement du haut-commissariat du Canada en Inde son invitation pour la réception de M. Trudeau.

Le député libéral Randeep Sarai a certifié dans un communiqué que c'était lui, et lui seul, qui avait ajouté le nom de M. Atwal sur la liste des invités. Il a présenté des excuses pour avoir exercé un piètre jugement à cette occasion.

Dimanche, une source gouvernementale bien placée a déclaré que le haut-commissariat avait lancé certaines invitations après avoir reçu des recommandations de tierces personnes, dont plusieurs députés comme M. Sarai.

M. Atwal dit connaître M. Trudeau depuis plusieurs années. En 2008 ou en 2009, lors d'une visite de M. Trudeau en Colombie-Britannique, tous deux auraient eu une conversation dans le Hummer d'Atwal, selon les dires de l'individu.

«On se connaît tous les deux. Il connaît mon nom. S'il me voit, il s'approchera et m'apostrophera d'un 'Hey Jas, comment vas-tu ?'. Nous avons une bonne relation. Je n'y vois aucun problème, a-t-il raconté. Et là, il c'est: 'Oh! Jaspal n'est pas censé être ici, et ainsi de suite'. Cela m'a étonné.»

Une porte-parole de M. Trudeau, Cameron Ahmad, a déclaré que le premier ministre et M. Atwal n'étaient pas des amis.

«Ce n'est pas vrai!», a-t-elle formulé.

Au sujet de la prétendue conversation dans le Hummer, Mme Ahmad dit ne pas savoir à quoi M. Atwal faisait référence avant de réitérer que les deux hommes n'étaient pas des amis.

M. Atwal a aussi dit qu'il n'était pas membre du Parti libéral et qu'il avait aidé des politiciens de plusieurs partis, autant sur la scène fédérale que provinciale.

Il a raconté qu'il s'était rendu la semaine dernière en Inde pour des raisons personnelles. Il s'est demandé pourquoi M. Sarai devrait être le seul à porter le blâme pour l'invitation qu'il a reçue pour la réception.

«Je ne sais pas pourquoi il en prend la responsabilité. Il n'a rien à voir là-dedans, a-t-il souligné. Le haut-commissariat, c'est lui qui m'a remis l'invitation. Tous les noms sont vérifiés par le SCRS et la GRC.»

Mme Ahmad remet en cause la version de M. Atwal. «Je vais revenir sur ce qu'a déclaré le premier ministre à deux reprises sur cette question», a-t-elle dit, parlant notamment des excuses présentées par le député.

Jaspal Atwal a été reconnu coupable d'avoir tenté de tuer le ministre indien Malkiat Singh Sidhu lors d'une visite de ce dernier sur l'île de Vancouver en 1986. À l'époque, il faisait partie de la Fédération internationale des jeunes Sikhs, une organisation terroriste interdite au Canada et en Inde.

Aujourd'hui, il dit ne plus appuyer les organisations prônant l'indépendance du Khalistan.