NOUVELLES
21/02/2018 12:45 EST

Wall Street, minée par des commentaires de la Fed, termine dans le rouge

La Bourse de New York, affaiblie en fin de séance par des commentaires de la banque centrale américaine confirmant sa volonté de poursuivre la remontée graduelle des taux d'intérêt, a terminé dans le rouge mercredi.

Son indice vedette, le Dow Jones Industrial Average, a perdu 0,67%, à 24.797,78 points.

Le Nasdaq, à forte coloration technologique, a cédé 0,22%, à 7.218,23 points.

L'indice élargi S&P 500 a reculé de 0,55% à 2.701,33 points.

Les trois indices s'affichaient dans le vert avant la diffusion du compte-rendu de la dernière réunion du comité de politique monétaire de la Réserve fédérale (FOMC).

Dans ce document, ses membres estiment que la croissance de l'économie américaine, dopée à court terme par les réductions d'impôts de l'administration Trump, pourrait nécessiter une remontée un peu plus rapide qu'initialement prévu de ses taux d'intérêt. La banque centrale tablait jusque-là sur trois relèvements de taux d'intérêt cette année après trois déjà l'an passé.

Certains participants, minoritaires, doutent toutefois encore de l'accélération de l'inflation.

Ces commentaires "ne sont pas nouveaux mais sont une confirmation", a estimé Art Hogan de Wunderlich Securities pour qui les minutes posent les bases d'une première remontée des taux à la prochaine réunion du FOMC, en mars. "Et cette confirmation infuse doucement sur le marché de la dette."

Le taux d'emprunt à dix ans des Etats-Unis a ainsi grimpé jusqu'à 2,95% en cours de séance, son plus haut niveau depuis 2014, ravivant les craintes de voir l'inflation peser sur la croissance.

Vers 21H20 GMT, il s'affichait à 2,937% contre 2,890% mardi soir. Celui des bons du Trésor à 30 ans évoluait à 3,216% contre 3,153% la veille.

Après la dégringolade des indices en début de mois, et leur remontée tout aussi rapide, "nous sommes encore dans une phase de turbulences, de réajustements techniques", a souligné M. Hogan. "Cette volatilité va devenir la norme, et non plus l'exception", a-t-il avancé.

Le seul indicateur majeur du jour s'est montré décevant: les reventes de logements aux Etats-Unis ont accusé une baisse en janvier alors que les analystes espéraient une légère remontée.

jum/alb/leo