NOUVELLES
21/02/2018 08:34 EST | Actualisé 21/02/2018 08:34 EST

Uber empêchera ses chauffeurs de travailler plus de 12 heures de suite

La nouvelle politique doit être mise en vigueur au début de la semaine prochaine.

Jaap Arriens/NurPhoto via Getty Images

Les chauffeurs d'Uber au Canada tentant de travailler pendant plus de douze heures consécutives seront bientôt forcés de prendre une pause de six heures avant de reprendre la route.

La nouvelle politique doit être mise en vigueur au début de la semaine prochaine par l'entremise de l'application de l'entreprise, qui empêchera les chauffeurs d'accepter des clients après douze heures de travail.

Le directeur général d'Uber Canada, Rob Khazzam, a indiqué que des actions similaires avaient été prises par l'entreprise dans d'autres pays, dans le cadre d'un effort pour contrer les cas de somnolence de chauffeurs et pour rendre le service plus sécuritaire.

Selon une recherche menée par le ministère des Transports de l'Ontario, 26 pour cent de l'ensemble des collisions mortelles ou ayant fait des blessés sont attribuables à la fatigue du conducteur.

M. Khazzam a dit croire qu'il était tout simplement logique d'implanter une telle mesure, et a ajouté qu'Uber continuait «de donner de la flexibilité aux chauffeurs».

Uber se félicite généralement de son approche libre avec ses chauffeurs pour ce qui est des heures et des lieux d'activités.

M. Khazzam a soutenu que la «vaste majorité» des chauffeurs du service alternatif de transport se trouvaient derrière le volant moins de 15 heures par semaine.

Uber avait d'abord testé son mécanisme sur les heures restreintes dans une poignée de villes des États-Unis et de l'Australie l'automne dernier. En janvier, il a été implanté au Royaume-Uni et puis lancé sur tout le territoire des États-Unis plus tôt ce mois-ci.

À voir également: