NOUVELLES
21/02/2018 13:01 EST

Syrie: Macron demande "une trêve" dans la Ghouta "dans les meilleurs délais"

Le président français Emmanuel Macron a demandé mercredi à l'Onu "une trêve" humanitaire de 30 jours dans la Ghouta orientale, enclave rebelle à l'est de Damas où le régime syrien s'en prend "aux civils", ce que la France condamne "vigoureusement".

"La France demande une trêve dans la Ghouta orientale afin de s'assurer de l'évacuation nécessaire des civils, de la création de tous les accès humanitaires indispensables, dans les meilleurs délais", a-t-il déclaré devant la presse après un entretien avec le président du Liberia George Weah.

"La France reste pleinement engagée dans le cadre de la coalition internationale en Syrie pour lutter contre les terroristes islamistes mais ce qui se passe dans la Ghouta orientale aujourd'hui est clairement, vigoureusement condamné par la France", a poursuivi le chef de l'État français.

"Au prétexte de la lutte contre les terroristes jihadistes, le régime, avec quelques uns de ses alliés, a décidé de s'en prendre à des populations civiles et vraisemblablement à certains de ses opposants", a-t-il ajouté.

Le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian s'est entretenu mercredi avec le secrétaire général des Nations unies, António Guterres, pour lui demander "une cessation immédiate des hostilités", "l'adoption d'une résolution du Conseil de sécurité" permettant de décréter "une trêve humanitaire de trente jours", "un mécanisme de surveillance robuste" et "la reprise du processus politique dans le cadre des Nations unies", selon un communiqué de ses services publié mercredi soir.

M. Le Drian se rendra le 27 février à Moscou pour évoquer la situation en Syrie avec son homologue russe Serguei Lavrov, précise le communiqué.

Le régime syrien mène depuis le 5 février une offensive de grande envergure sur la Ghouta, dernier fief rebelle dans la région de Damas, certainement en prélude à une opération terrestre de reconquête.

Les bombardements intensifs, à l'aviation et l'artillerie, ont fait plusieurs centaines de victimes, la plupart civiles, dont 40 pour la seule journée de mercredi, en dépit des protestations internationales.

jri-mm-dab/fjb