POLITIQUE
21/02/2018 13:57 EST | Actualisé 21/02/2018 14:02 EST

Montréal allonge 15 000$ de plus pour l'hébergement des femmes itinérantes

Un nouveau plan d'action en itinérance sera dévoilé dans quelques semaines.

Olivier Robichaud

La Ville de Montréal accorde un soutien additionnel de 15 000$ à l'organisme La rue des Femmes, afin de prolonger d'un mois l'offre de 10 lits supplémentaires pour les besoins d'urgence des femmes itinérantes.

Ces lits font partie des mesures hivernales financées par la Ville de Montréal afin de venir en aide aux itinérants par temps froid. La somme supplémentaire, qui porte à presque 118 000$ le financement municipal de La rue des Femmes, permettra à l'organisme de les maintenir jusqu'à la fin du mois de mai.

«Quand le 30 avril arrive, c'est gros comme différence. On refuse quatre fois plus de personnes. C'est très difficile», souligne Léonie Couture, fondatrice de l'organisme.

Mme Couture espère que ces 10 lits d'urgence deviendront éventuellement des lits permanents.

Comme nous le rapportions en janvier, la situation des hommes itinérants semble s'améliorer tranquillement avec la mise en place de l'approche «logement d'abord». Mais cette embellie n'a pas encore eu lieu du côté des femmes, où les ressources débordent souvent.

Nouveau plan d'action

La mairesse Valérie Plante a profité de l'occasion pour souligner qu'un nouveau plan d'action en itinérance sera dévoilé dans quelques semaines. Le plan tentera de s'attaquer aux besoins des clientèles itinérantes spécifiques, dont les femmes.

Mme Plante souligne que l'itinérance des femmes est plus souvent caché et sporadique, alors que les ressources actuelles sont plutôt axées vers l'itinérance chronique.

Selon Mme Couture, il sera nécessaire de concevoir des logements pour itinérants avec des ressources de soutien pour les femmes. Ces ressources pourraient aider ces femmes à se soigner mentalement et émotionnellement, mais aussi à briser la solitude qu'elles ressentent souvent lorsqu'elles sont laissées seules à la maison.

«Nous, on participe à des projets pour la stabilisation résidentielle. [...] Plusieurs femmes ont besoin qu'on aille les voir tous les jours, et parfois c'est très lourd», affirme-t-elle.

La rue des Femmes offre actuellement 20 chambres à la Maison Olga pour loger des femmes itinérantes. L'organisme compte aussi 57 lits dans son refuge.