NOUVELLES
21/02/2018 05:06 EST | Actualisé 21/02/2018 05:22 EST

La France réforme le processus de demandes d'asile

PARIS — Le gouvernement du président français Emmanuel Macron a présenté mercredi un projet de loi pour resserrer les règles en matière d'immigration, mais que les organisations humanitaires jugent répressif à l'endroit des demandeurs d'asile.

Le gouvernement a expliqué que le projet de loi vise à accélérer l'expulsion de ceux qui ne sont pas admissibles à l'asile politique. Il souhaite aussi améliorer les conditions de vie des demandeurs qui restent en France, par exemple en leur offrant des cours de français ou de la formation pour se trouver un boulot.

Le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb a dit qu'il s'agit d'un projet de loi «équilibré» qui respecte les normes européennes.

La période d'examen d'une demande d'asile serait réduite à un maximum de six mois, comparativement à un an actuellement. Les organisations humanitaires prétendent que cette accélération empêchera les demandeurs de se défendre adéquatement.

La nouvelle loi permettrait aux autorités de détenir les immigrants qui se trouvent illégalement au pays dans des centres fermés pendant 90 jours, au lieu de la détention actuelle de 45 jours, afin de mettre en place leur déportation.

La loi prévoit également des amendes de 3750 euros pour ceux qui entrent illégalement dans la zone de libre-circulation européenne.

Plusieurs organisations humanitaires, dont la Ligue française des droits de l'Homme, ont appelé la population à manifester.

Les données officielles démontrent que plus de 100 000 personnes ont demandé l'asile en France en 2017, un bond de 17 pour cent par rapport à l'année précédente. Les réfugiés originaires d'Albanie, d'Afghanistan, d'Haïti et du Soudan étaient responsables du plus grand nombre de demandes.

Environ 36 pour cent des demandeurs d'asile ont reçu le statut de réfugié.

Le projet de loi sera discuté au parlement en avril.