NOUVELLES
21/02/2018 02:04 EST

Espagne: controverse autour d'une peine de prison pour un rappeur

Un rappeur des îles Baléares a été condamné mardi à trois ans et demi de prison, notamment pour apologie du terrorisme dans ses textes en catalan, suscitant la polémique en Espagne.

José Miguel Arenas Beltran, de son nom d'artiste Valtonyc, résidant sur l'île de Majorque, a vu sa peine pour apologie du terrorisme, injures à la Couronne et menaces, confirmée en cassation par la Cour suprême.

"Il suffit de lire les faits prouvés pour comprendre la gravité des expressions contenues et leur ajustement aux infractions pénales", estiment les juges de la Cour.

Dans ses paroles en catalan teintées de militantisme d'extrême gauche relevées par les juges, Valtonyc évoque le meurtre de membres du gouvernement, de la famille royale et de partis de droite.

La justice a considéré que ses messages, rappés en catalan, faisaient entre autes l'apologie "incontestable" des indépendantistes basques de l'ETA, groupe armé ayant ensanglanté l'Espagne jusqu'en 2011.

Des personnalités, notamment de gauche, estiment que ces poursuites judiciaires sont une atteinte à la liberté d'expression, tandis que les associations de victimes du terrorisme soutiennent la fermeté face à ce qu'elles considèrent comme une banalisation de la violence.

"En démocratie, une chanson ne devrait jamais se transformer en trois ans et demi de prison", a affirmé Irene Montero, numéro deux du parti de gauche radicale Podemos.

L'association d'écrivains Pen International a également condamné la décision de la Cour suprême, réclamant en outre l'abrogation d'une loi sécuritaire votée en 2014 par les conservateurs au pouvoir et jugée liberticide par ses opposants.

av/mck/roc