NOUVELLES
21/02/2018 04:25 EST | Actualisé 21/02/2018 05:22 EST

Des bombardements font au moins dix morts de plus en Ghouta orientale

BEYROUTH — De nouveaux bombardements et de nouvelles frappes aériennes ont fait au moins dix morts de plus dans la Ghouta orientale, la dernière banlieue de Damas toujours contrôlée par les insurgés syriens.

Les secouristes syriens et un groupe militant font également état mercredi de dizaines de blessés.

Les forces syriennes et l'aviation russe ne donnent aucun signe de vouloir alléger les bombardements aveugles qui pilonnent le secteur depuis samedi dernier.

Au moins 260 personnes ont été tuées seulement depuis dimanche soir, selon l'Observatoire syrien des droits de la personne, dont dix qui ont perdu la vie mercredi quand la ville de Kafr Batna a été le théâtre de frappes aériennes.

Les secouristes syriens, les Casques blancs, rapportent que la ville a été ciblée par des frappes aériennes et des tirs d'artillerie. On y aurait aussi largué des barils explosifs, des contenants remplis d'essence lancés depuis des hélicoptères en haute altitude.

Un médecin qui travaille dans la Ghouta orientale a dit que les hôpitaux sont inondés de blessés. Son établissement aurait ainsi accueilli 82 victimes mardi soir, même s'il ne dispose que de 17 lits. Certains patients ont été soignés sur le plancher.

L'hôpital aurait été visé par des barils explosifs et des tirs d'artillerie mardi soir. La génératrice, les réserves d'eau potable et plusieurs ambulances auraient été endommagées.