NOUVELLES
20/02/2018 06:58 EST | Actualisé 20/02/2018 09:11 EST

Patinage de vitesse courte piste: grande déception pour l'équipe canadienne féminine au 3000 m

Après une chute et dans une certaine confusion.

John Sibley / Reuters
Kim Boutin et Marianne St-Gelais

Marianne St-Gelais y a cru pendant un instant. ses côtés, Kasandra Bradette lui signalait d'attendre la décision. La joie de St-Gelais a rapidement fait place à la déception, puis à l'incompréhension.

Les patineuses de vitesse courte piste canadiennes ont finalement été disqualifiées en finale du relais 3000 mètres, mardi, aux Jeux olympiques de Pyeongchang.

La formation canadienne composée de Kim Boutin, de Sherbrooke, Bradette, de Saint-Félicien, Valérie Maltais, de La Baie, et St-Gelais, de Saint-Félicien, était au coeur de la lutte quand tout a basculé avec cinq tours à faire.

Maltais a perdu l'équilibre après un contact avec la Sud-Coréenne Alang Kim, qui venait de donner le relais à une coéquipière. Maltais a glissé et a donné durement contre la bande, entraînant une rivale italienne dans sa chute.

Les Sud-Coréennes ont finalement tout juste devancé les Chinoises à la ligne d'arrivée. Les Italiennes et les Canadiennes ont suivi avec un certain retard. Puis il y a eu une longue attente pendant que les arbitres révisaient la course.

L'annonceur-maison a finalement déclaré que les Canadiennes et les Chinoises avaient été pénalisées, propulsant les Italiennes sur la deuxième marche du podium. Les Néerlandaises ont obtenu le bronze, elles qui avaient remporté la finale B en établissant un record mondial.

Sur le bord de la rampe, les patineuses canadiennes ne comprenaient pas la situation. Pour une première fois aux Jeux olympiques, le relais féminin canadien de courte piste n'allait pas monter sur le podium.

"Je m'attendais à peu près à ce que n'importe quel autre pays soit disqualifié sauf nous, a déclaré St-Gelais. On l'a bien vu avec ma réaction, j'étais certaine qu'on l'avait. On aurait voulu une meilleure course, mais j'étais certaine qu'on allait au moins glisser sur le podium."

Les patineuses canadiennes n'avaient toujours pas reçu d'explications quand elles ont rencontré les membres des médias. Leur entraîneur Frédéric Blackburn a finalement pu clarifier la situation.

"Ce qu'on a vu sur nos vidéos et ceux qui sont montrés quand il y a une disqualification, c'est qu'à la fin de la course des Coréennes et des Chinoises, il y avait une de mes patineuses à l'intérieur, a expliqué Blackburn. Ils ont jugé que Kim (Boutin) était dans les jambes. Moi, ce que je vois, c'est qu'elle n'a pas nui à personne, qu'elle n'a pas touché à personne. La seule chose, c'est qu'elle enlève la possibilité à la Chinoise de passer par l'intérieur."

Blackburn a ajouté que si Boutin avait été un mètre plus loin, elle n'aurait pas nui aux deux patineuses qui luttaient pour le premier rang. Un mètre plus loin et les Canadiennes auraient le bronze autour du cou.

Si les explications de la disqualification des Canadiennes semblaient insatisfaisantes, Blackburn était plus à l'aise avec le fait que la Corée du Sud n'ait pas été punie pour avoir provoqué la chute de Maltais.

"(Alang Kim) n'a pas voulu faire ça. C'est un accident de course comme on en voit constamment en courte piste, a-t-il indiqué. Si ça c'était produit en demi-finale, on aurait été avancée en finale. Mais là, c'était la finale. Qu'est-ce que tu veux faire?"

Une certaine confusion a suivi la chute de Maltais. St-Gelais avait la responsabilité d'aller la toucher pour repartir la course canadienne, mais la bande a bougé lors du contact et elle a été incapable de rejoindre sa coéquipière. Bradette, qui était à l'autre bout de la patinoire, a finalement touché à Maltais, puis a fait le relais à St-Gelais. Puis, pour éviter une bête disqualification provoquée par le fait que Maltais avait coupé un virage dans sa chute, St-Gelais a complété un tour de plus.

"Si on n'avait pas été disqualifiées, on aurait été correctes, a noté Bradette. On méritait cette course-là. On l'avait bien gérée. C'était de loin notre meilleure course de la saison.

Il y a une décision qui a été prise. On vit le moment puis on tourne la page. Il reste des courses individuelles pour des filles et il y a encore le Mondial pour se reprendre.Kasandra Bradette

"Il y a une décision qui a été prise. On vit le moment puis on tourne la page. Il reste des courses individuelles pour des filles et il y a encore le Mondial pour se reprendre."

Plus tôt dans la soirée, St-Gelais, Boutin et Maltais ont franchi les préliminaires de l'épreuve de 1000 m, tandis que Samuel Girard, de Ferland-et-Boilleau, les a imitées au 500 m masculin.

Pour sa part, Charles Hamelin, de Sainte-Julie, a terminé troisième de sa vague avant d'être pénalisé et il a été éliminé.

Les finales du 1000 m dames, du 500 m messieurs et du relais 5000 m messieurs seront présentées jeudi.

Voir aussi:

Quand les photographes s'amusent à Pyeongchang 2018