POLITIQUE
20/02/2018 08:42 EST | Actualisé 20/02/2018 10:09 EST

L'accueil froid réservé à Justin Trudeau en Inde retient l'attention

Toujours pas de mot de bienvenue de la part du premier ministre indien Narendra Modi.

La visite en Inde du premier ministre canadien Justin Trudeau était marquée mardi, au 3e jour de son déplacement, par les spéculations de la presse sur l'accueil froid qui lui est réservé par New Delhi.

Médias indiens et canadiens soutiennent que le gouvernement de Narendra Modi est offusqué par ce qu'il perçoit comme une sympathie de l'administration Trudeau pour le séparatisme sikh - ce que nie le gouvernement canadien.

Les sikhs constituent une significative communauté d'un demi-million de personnes au Canada, au sein de laquelle existe un soutien au mouvement du Khalistan. Ce dernier réclame l'indépendance de la région indienne du Pendjab (nord), terre du sikhisme, et a y mené une féroce insurrection, finalement écrasée dans les années 1990.

"La question du Khalistan, qui a rafraîchi les relations Inde-Canada durant trois décennies depuis 1980, est revenue à la surface, ôtant le gros de la chaleur" de la visite, notait mardi le quotidien indien The Hindu.

Si une source officielle indienne a démenti toute mésentente, les observateurs n'ont pas manqué de remarquer des petits signes protocolaires.

À son arrivée à New Delhi ce week-end, Justin Trudeau a été reçu à l'aéroport par un ministre de second rang, tranchant avec l'accueil personnel et affectueux qu'a réservé Narendra Modi à plusieurs chefs d'État ou de gouvernement ces derniers mois.

L'homme fort de l'Inde n'a pas davantage accompagné le dirigeant canadien dans son État du Gujarat (ouest) ni ne lui a tweeté la bienvenue devant ses 40 millions d'abonnés, comme de coutume.

Photo Gallery
Justin Trudeau et sa famille en Inde
Voyez les images

À titre de comparaison, le nationaliste hindou avait accompagné sur toute une partie de son voyage le premier ministre israélien le mois dernier.

Benjamin Netanyahu avait également été reçu au Taj Mahal par le ministre en chef du grand État d'Uttar Pradesh, Yogi Adityanath, quand seuls des responsables de district attendaient son homologue canadien.

New Delhi reproche à Ottawa de soutenir les groupes séparatistes pendjabis actifs sur son sol, bien que le ministre de la Défense canadien Harjit Sajjan - sikh lui-même - l'a publiquement démenti.

Les quatre ministres indo-canadiens du gouvernement Trudeau sont d'origine sikhe.

Le premier ministre libéral est attentif à cette communauté électoralement importante. L'année dernière, il a assisté à une parade où avaient notamment été glorifiés des rebelles sikhs tués dans le siège du temple d'Or en 1984, déclenchant des protestations indiennes.

Cette opération militaire contre le lieu saint du sikhisme avait entraîné l'assassinat de la première ministre indienne de l'époque, Indira Gandhi.

Après avoir rencontré des hommes d'affaires mardi à Bombay, Justin Trudeau se rendra mercredi au temple d'Or à Amritsar (nord). Il rencontrera enfin Narendra Modi vendredi à New Delhi.

Des compagnies indiennes investiront 250 M$ au Canada

Certaines des plus importantes compagnies indiennes investiront 250 millions $ au Canada au cours des prochaines années, dans des secteurs aussi variés que la transformation du papier, la pharmacologie et l'intelligence artificielle.

Le Canada investira quant à lui 750 millions $ en Inde.

Ces annonces ont été faites mardi matin après une rencontre entre le premier ministre Justin Trudeau et six des plus puissants hommes d'affaires indiens. M. Trudeau affirme que ces ententes créeront au moins 5000 emplois au Canada.

Les entrepreneurs indiens disent que le Canada est un bon endroit où faire des affaires et que leurs expériences antérieures les incitent à y revenir.

Kumar Birla, le président du conseil d'administration du conglomérat indien Groupe Aditya Birla et le huitième homme le plus riche du pays, a ajouté que l'accueil réservé aux gens d'affaires par les gouvernements fédéral et provinciaux du Canada rend les investisseurs heureux.

Il a dit que sa compagnie, qui se concentre essentiellement sur les ressources naturelles et possède déjà des usines de pâte à papier en Ontario et au Nouveau-Brunswick, a trois projets d'expansion au Canada, dans les domaines de la fibre, du noir de carbone et de l'aluminium.

Le patron de la firme de technologies de l'information InfoSys, Salil Parekh, a quant à lui annoncé qu'elle doublera sa présence au Canada d'ici deux ans.

La compagnie pharmaceutique Jubilant Barthia prévoit enfin investir 100 millions $ de plus au Canada au cours des cinq prochaines années.

Avec des informations de La Presse canadienne.