BIEN-ÊTRE
19/02/2018 09:00 EST | Actualisé 19/02/2018 14:23 EST

Les produits d'entretien aussi nocifs que la cigarette pour nos poumons

C'est le bilan d'une étude européenne menée pendant plus de 20 ans sur 6230 personnes.

Lentement, mais sûrement... S'exposer régulièrement aux produits ménagers serait extrêmement dangereux pour notre santé, et plus particulièrement pour nos poumons.

Les effets seraient même comparables à ceux provoqués par le tabac. Il s'avère ainsi aussi nocif d'utiliser au quotidien ces produits que de fumer un paquet de cigarettes par jour durant une vingtaine d'années.

Ce sont les conclusions alarmantes d'une étude publiée dans la revue American Journal of Respiratory and Critical Care Medicine le 16 février.

Pendant plus de 20 ans, des chercheurs européens ont analysé la fonction respiratoire des 6230 participants âgés en moyenne de 34 ans, afin d'évaluer les effets au long terme de ces produits d'entretien sur notre organisme.

Des produits qui viennent "tapisser les voies respiratoires"

Résultat: ils ont constaté au fil du temps une diminution significative de la capacité respiratoire des personnes qui faisaient régulièrement le ménage à la maison ou celles dont c'est le métier, comparativement à celles qui ne faisaient pas de nettoyage.

"Le volume expiratoire maximal par seconde (VEMS), ou volume d'air expiré pendant la première seconde, a diminué de 3,6 millilitres par an plus rapidement chez les femmes qui faisaient du ménage à leur domicile, et de 3,9 ml par an plus rapidement chez les femmes qui travaillaient comme femmes de ménage", notent les auteurs.

La plupart de ces produits chimiques de nettoyage "irritants pour les membranes muqueuses" viennent "tapisser les voies respiratoires", entraînant des "changements persistants dans les voies respiratoires", expliquent-ils.

Les hommes épargnés?

Ce phénomène d'insuffisance pulmonaire est nettement plus frappant chez les femmes. À vrai dire, les scientifiques n'ont décelé aucun effet chez les hommes, moins exposés à ces vaporisateurs chimiques.

Les chercheurs soulignent toutefois une des limites de leur étude: ils ont étudié peu d'hommes aussi exposés aux produits ménagers que les femmes, souligne The Independent.

L'étude montre par ailleurs que l'asthme est plus prévalent chez les femmes qui faisaient du ménage à la maison (12,3 %) ou au travail (13,7 %) par rapport à celles qui n'en faisaient pas (9,6 %).

Voilà qui devrait relancer le débat sur le partage des tâches domestiques...

Ce texte a été publié originalement dans le HuffPost France.