POLITIQUE
19/02/2018 11:24 EST | Actualisé 19/02/2018 15:25 EST

Il est «minuit et cinq» pour l'usine de Bombardier à La Pocatière

À la fin du contrat pour les 468 voitures Azur du métro de Montréal, des mises à pied pourraient être faites.

Christinne Muschi / Reuters

Il est "minuit et cinq" pour l'usine de Bombardier Transport à La Pocatière, où plus de la moitié des 600 employés risquent de perdre leur gagne-pain dès l'automne si les nouvelles commandes continuent de se faire attendre.

"Si l'on considère (les règles à) respecter lorsque vient le temps d'effectuer des mises à pied, il faut s'y prendre plusieurs semaines à l'avance, a expliqué lundi le directeur des communications de Bombardier Transport, Éric Prud'Homme. Nous tentons de minimiser les impacts."

Coiffée par un consortium formé par Alstom et SNC-Lavalin pour la fourniture de matériel roulant du Réseau express métropolitain (REM), Bombardier, ainsi que la région du Kamouraska, ont maintenant les yeux tournés vers le premier ministre Philippe Couillard.

Celui-ci avait assuré que La Pocatière ne se retrouverait pas les mains vides, faisant miroiter de nouveaux contrats en citant par exemple l'expansion du métro de Montréal et le projet de tramway à Québec.

Néanmoins, cela n'a pas été suffisant pour apaiser les craintes d'élus, de fournisseurs et de travailleurs, qui ont sollicité lundi une rencontre d'urgence avec M. Couillard afin qu'il précise ses intentions.

"Le contrat pour les 468 voitures Azur (du métro de Montréal) prend fin en novembre et 300 personnes pourraient être mises à pied si rien n'est fait", a lancé le maire de La Pocatière, Sylvain Hudon, en conférence de presse.

Celui-ci était notamment accompagné du préfet de la MRC de Kamouraska, Yvon Souci, et du président du syndicat de Bombardier à La Pocatière, Mario Guignard.

Faute de nouvelles commandes, près de 300 personnes risquent également de se retrouver au chômage au sein des fournisseurs de Bombardier, a prévenu Bruno Morin, président de Graphie, une entreprise spécialisée dans la fabrication de produits industriels d'affichage, d'identification et de signalisation.

Bombardier Transport a prévenu qu'il faudra prendre une décision rapidement à l'endroit de l'usine de La Pocatière étant donné que le carnet de commandes sera vide dans environ un an. Entre-temps, l'entreprise espère que le prochain budget provincial, qui devrait être déposé en mars, contiendra de bonnes nouvelles.

"En ce qui a trait aux Azur, on n'a remplacé que la moitié du parc de voitures, a M. Prud'Homme. (Un contrat) pour 50 pour cent des voitures MR-73 pourrait être une option."

Toutefois, la Société de transport de Montréal (STM) a montré peu d'ouverture dans ce dossier, soulignant par courriel qu'elle ne prévoyait pas acquérir du matériel roulant à "court terme".

"Nous avons fait le choix de prolonger de 20 ans la durée de vie des voitures de métro MR-73, pour un remplacement prévu en 2036", a indiqué son responsable des affaires publiques, Philippe Déry.

Présent à la conférence de presse, le ministre responsable du Bas-Saint-Laurent, Jean D'Amours, n'est pas allé jusqu'à faire des promesses en marge de l'événement, affirmant que son gouvernement avait "toujours été présent" pour l'usine de La Pocatière.

"Le message de M. Couillard la semaine dernière était rassurant, a-t-il dit au cours d'une mêlée de presse. La façon avec laquelle il est interprété par certains, c'est une autre histoire."

Contenu local

Mais au-delà des craintes entourant l'avenir de l'usine de La Pocatière, les intervenants ont critiqué M. Couillard pour l'absence d'exigences de contenu local par CDPQ Infra, la filiale de la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ) qui pilote le projet du REM d'une valeur de 6,3 milliards $.

"C'est inconcevable dans le plus important contrat de matériel roulant jamais octroyé au Québec, s'est indigné M. Souci. Le premier ministre doit fournir des explications."

Pour le remplacement des voitures du métro de Montréal, Québec avait imposé aux constructeurs une exigence minimale de 60 pour cent de contenu canadien. C'est un consortium formé de Bombardier et du français Alstom qui avait alors décroché le contrat de 1,3 milliard $ en 2010.

Le président de Graphie s'est quant à lui désolé de l'attitude de M. Couillard qui, la semaine dernière, a suggéré aux entreprises québécoises d'être concurrentielles si elles veulent être impliquées dans les contrats du REM.

Citant le Royaume-Uni, la Chine et la France en exemple, M. Morin a rappelé qu'il y avait des exigences de contenu local dans la majorité des pays, ajoutant qu'il serait normal de faire de même au Québec.

"Je suis déçu des propos du premier ministre qui semble douter de la capacité des entreprises québécoises à concurrencer. Nous serions capables de le faire en se battant à armes égales avec nos concurrents", a-t-il dit.

Alstom exploite une usine à Sorel-Tracy, mais le géant français n'a pas voulu dire où il compte réaliser le contrat du REM, affirmant que l'entente finale n'avait pas encore été conclue avec CDPQ Infra.

L'an dernier, Bombardier avait également vu l'Agence métropolitaine de transport, devenue le Réseau de transport métropolitain, se tourner vers la China Railway Rolling Stock Corporation pour commander 24 nouvelles voitures de train.

Dans ce contrat, l'exigence de contenu canadien avait été abaissée de 25 à 15 pour cent.

​​​​​​​​​​​​​​

Galerie photo
Des dossiers politiques à surveiller en 2018
Voyez les images