POLITIQUE
18/02/2018 15:49 EST | Actualisé 18/02/2018 15:49 EST

Le congrès du NPD s'est terminé sous le signe de l'unité

Cet enthousiasme peine toutefois à se refléter dans les sondages.

Toronto Star via Getty Images

Les militants néo-démocrates sont sortis unis de leur congrès dimanche, mais à moins de deux ans des prochaines élections fédérales, de nombreux défis attendent le parti.

Le chef du Nouveau Parti démocratique (NPD), Jagmeet Singh, s'est réjoui en entrevue à La Presse canadienne que l'événement ait attiré un nombre inégalé de délégués, dont une majorité de jeunes et de militants de diverses origines ethniques. Il y voit un signe d'enthousiasme.

Cet enthousiasme peine toutefois à se refléter dans les sondages. Le NPD reste au troisième rang des intentions de vote loin derrière le Parti libéral et le Parti conservateur.

M. Singh, qui a obtenu la confiance de 90,7 pour cent des délégués, espère se distinguer des libéraux en s'adressant aux électeurs qui ont de la difficulté à joindre les deux bouts même si l'économie canadienne fonctionne à plein régime. Il propose de lutter contre les paradis fiscaux pour financer des programmes sociaux comme l'assurance-médicament, l'assurance dentaire et des services d'optométrie assumés par l'État.

Il courtise également les électeurs québécois en insistant sur la tenue d'une éventuelle réforme constitutionnelle et sur l'application de la taxe de vente sur les géants du Web comme Netflix. Le NPD a d'ailleurs créé une cellule au Québec pour coordonner ses efforts en vue de la prochaine campagne électorale.

Le parti devra toutefois grossir son butin de guerre en un court laps de temps. Il traîne toujours une dette de 3,8 millions $ depuis l'élection de 2015.