NOUVELLES
17/02/2018 07:05 EST

Ukraine: Porochenko appelle au compromis sur une loi anticorruption

Le président ukrainien Petro Porochenko a dit refuser de modifier un projet de loi sur la lutte anticorruption soumis aux députés, appelant le Parlement à "trouver un compromis" sur ce texte très critiqué par le Fonds monétaire international (FMI).

Ce projet de loi, qui porte sur la création d'une cour spécialisée sur les affaires de corruption, comme un service d'enquête et un parquet dédiés, est désormais "entre les mains du Parlement", a déclaré à l'AFP M. Porochenko en marge de la Conférence de Munich sur la sécurité.

"Il est maintenant très important qu'on s'unisse tous pour trouver un compromis au Parlement", a-t-il appelé, indiquant qu'il ne retirera ni ne modifiera ce texte car "le président a déjà fait son travail".

Ce projet de loi a été fermement critiqué par le FMI dans une lettre publiée à la mi-janvier par la presse ukrainienne. "Plusieurs dispositions ne sont pas cohérentes avec les engagements" de Kiev auprès du FMI, a affirmé l'institution internationale.

"La juridiction de la cour envisagée par le projet de loi est inadéquate et contient des dérogations pour certains hauts responsables", a déploré le FMI, dénonçant également des "critères d'éligibilité irréalistes" pour les futurs juges de ce tribunal, entraînant des risques de "retards supplémentaires" pour sa création.

Le projet de loi a également été critiqué par des médias et des ONG spécialisées dans la lutte anticorruption, qui ont accusé Kiev de vouloir tromper les Occidentaux.

La lutte contre la corruption des élites était l'une des revendications majeures du soulèvement pro-européen du Maïdan en 2013-2014 et reste l'une des exigences clés des soutiens occidentaux au pouvoir actuel, issu de ce mouvement.

Sous pression des Occidentaux et des militants ukrainiens, M. Porochenko a soumis fin décembre, après des mois de tergiversations, ce projet de loi. Le fléau de la corruption prive chaque année le pays de "1% à 2%" de sa richesse nationale, selon la Banque mondiale.

ant/all/mr