POLITIQUE
17/02/2018 11:09 EST | Actualisé 17/02/2018 16:58 EST

Martine Ouellet s'en prend à ses détracteurs... au sein de son parti

Elle dénonce le «coulage» d’informations à l'interne.

LA PRESSE CANADIENNE

DRUMMONDVILLE – La chef du Bloc québécois, Martine Ouellet, a profité de son allocation d'ouverture, au conseil national de son parti, pour s'en prendre aux détracteurs qui font du «coulage» d'informations au sein de son équipe.

Cette semaine, plusieurs médias ont dévoilé qu'elle demandait un salaire de 95 000$ en 2019, lorsqu'elle deviendra chef du Bloc à temps plein. La proposition a finalement été adoptée par les membres.

«Du coulage juste avant un événement important du parti, comme cette semaine, sans aucun respect du travail des instances, ça ne nous fait pas avancer. J'observe ce phénomène depuis presqu'un an, de l'intérieur», a martelé Mme Ouellet.

Je sens un petit peu de résistance au changement.Martine Ouellet

«Je sens un petit peu de résistance au changement», a-t-elle indiqué, défiante, devant la foule. Elle dit que le même phénomène s'était produit lors de l'élection de Mario Beaulieu en 2014. Ce dernier avait par la suite laissé sa place à l'ancien chef, Gilles Duceppe, à temps pour les élections fédérales de 2015.

Dans son discours, Mme Ouellet a dit qu'elle était «persuadée» que ce n'est pas en ayant cette attitude que le Bloc va «réussir à mobiliser et à gagner» les prochaines élections fédérales de 2019.

Invitée à s'expliquer dans un point de presse sur le présumé «coulage» sur son salaire, la chef s'est refusée à tout commentaire. «Je pense que mon discours a été assez clair, je n'ai rien à rajouter sur cet élément-là», a-t-elle simplement dit.

Le «coulage» de l'ancien bras droit de Mme Ouellet

Rappelons que l'ancien chef de cabinet de Mme Ouellet, Louis-Philippe Dubois, avait justement tenté de « couler » l'ex-chef par intérim du Bloc québécois, Rhéal Fortin, il y a quelques mois. Mme Ouellet l'avait renvoyé sur-le-champ et une crise interne s'en est suivie.

Les informations portaient sur des contrats obtenus auprès de la ville de Saint-Jérôme par la firme d'avocats de M. Fortin, avant qu'il devienne député.

La chef a par la suite présenté ses excuses à M. Fortin, qui les a acceptées. Elle a soutenu ne pas être au courant de cette tentative de son ancien bras droit. L'an dernier, lors de son discours de victoire de chef du Bloc, elle avait personnellement remercié M. Dubois pour sa précieuse aide.

M. Dubois est récemment devenu directeur général du Mouvement Québec français. Il aide également son ami Maxime Laporte, de façon informelle, pour sa campagne à l'investiture du Parti québécois dans Pointe-aux-Trembles.