NOUVELLES
17/02/2018 02:49 EST

GB: les adhérents de l'Ukip se prononcent sur le maintien de leur chef

Les adhérents du parti britannique europhobe Ukip votent samedi pour maintenir ou non à leur tête Henry Bolton, contesté depuis un scandale impliquant son ex-compagne qui avait rédigé des messages à caractère raciste sur la fiancée du prince Harry.

Le 21 janvier, le comité exécutif du parti avait voté à l'unanimité, à l'exception d'Henry Bolton lui-même, à l'encontre de son chef, qui avait malgré tout refusé de démissionner. Ce vote de défiance avait entraîné l'organisation du congrès extraordinaire de samedi à Birmingham, qui doit réunir près de 2.000 membres.

Le dirigeant est poussé vers la sortie depuis la révélation par le tabloïd The Mail on Sunday de SMS envoyés par son ancienne compagne, Jo Marney, à un ami. Dans ces messages, elle estimait que Meghan Markle, dont le mariage avec Harry est prévu le 19 mai à Windsor, allait "souiller notre famille royale".

Après ce scandale, Henry Bolton avait mis fin mi-janvier à sa relation avec Jo Marney, de 29 ans plus jeune que lui, pour laquelle il avait quitté son épouse. Mais des photos les montrant ensemble avaient ensuite été publiées dans la presse britannique.

Il n'a pas hésité à comparer la couverture médiatique dont il fait l'objet à celle de la princesse Diana, au risque de s'attirer critiques et moqueries. "C'est une affaire privée, qui doit être traitée en privée", a-t-il déclaré sur Sky News. "Il n'y a probablement rien eu de tel depuis l'affaire Profumo ou Diana et Dodi" Al-Fayed.

Dans les colonnes du Daily Telegraph, Nigel Farage, le chef historique du parti, avait déploré ce feuilleton. Il avait malgré tout affirmé son soutien à Henry Bolton, estimant que la situation de l'Ukip était trop dégradée pour se lancer à la recherche d'un nouveau chef.

"L'alternative pour le parti est de continuer sur la voie de l'autodestruction, jusqu'à devenir insignifiant. Il est peut-être trop tard pour sauver l'Ukip, mais on ne sait jamais".

Ancien officier de l'armée britannique, Henry Bolton, 54 ans, est le troisième dirigeant élu de l'Ukip depuis le départ de Nigel Farage peu après le référendum du 23 juin 2016 qui a décidé la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne.

L'Ukip avait fait campagne pour le Brexit mais peine depuis à se trouver une raison d'être, et fait face en outre à des difficultés financières.

apz/glr