NOUVELLES
17/02/2018 02:19 EST

Défense: Paris exhorte les Européens à un meilleur "engagement opérationnel"

Le Premier ministre français Edouard Philippe a plaidé pour un meilleur "engagement opérationnel" des Etats membres de l'UE afin que l'Europe de la Défense ne reste pas "un sujet de colloque", samedi à Munich.

"L'Europe se retrouve face à elle-même. Et, au pied du mur", a-t-il souligné lors de la conférence annuelle sur la sécurité dans la capitale bavaroise.

"Disons les choses franchement: si l'Europe de la Défense ne s'accompagne pas d'un engagement opérationnel plus important des Etats membres, elle demeurera longtemps un sujet de colloque", a-t-il poursuivi, en rappelant que les troupes françaises étaient elles-mêmes "engagées sur un très grand nombre de fronts où elles paient le prix du sang".

"Si l'Europe ne s'intéresse pas à la guerre, la guerre, elle, ne manquera pas de s'intéresser à l'Europe", a lancé M. Philippe, paraphrasant Léon Trotski dont il a pourtant reconnu ne pas être un "adepte fervent des théories".

Dans ce cadre, M. Philippe a réitéré la proposition avancée par le président français Emmanuel Macron d'une Initiative européenne d'intervention qui vise à "rapprocher les travaux des armées des Etats les plus engagés".

"Les rapprocher pour qu'au début de la prochaine décennie, l'Europe dispose d'une force d'intervention commune, d'un budget de défense commun et d'une doctrine commune", a précisé M. Philippe.

"On ne construira pas la défense européenne par de nouvelles structures" mais "en agissant ensemble (...) aussi et avant tout sur les théâtres d'opération", a insisté le Premier ministre français, en tendant la main au passage au Royaume-Uni.

"Malgré le Brexit, nous comptons sur la communauté d'intérêts qui nous unit pour que le lien étroit noué entre nos deux pays soit maintenu et même renforcé", a glissé M. Philippe, peu après le passage de la Première ministre britannique Theresa May à la tribune.

Dans le sillage de la ministre française des Armées Florence Parly vendredi, M. Philippe a réaffirmé le "rôle actif" de la France au sein de l'Otan, alors que Washington craint que la relance de l'Europe de la défense aboutisse à priver l'alliance Atlantique de ressources.

"Il faut arrêter les querelles théologiques stériles. Une Otan forte, c'est une Europe de la défense plus affermie, de même qu'une Union Européenne responsable, c'est un atout pour une alliance militaire comme l'Otan", a martelé M. Philippe.

jmt/dab/roc