NOUVELLES
17/02/2018 10:18 EST | Actualisé 17/02/2018 10:21 EST

Tuerie en Floride: Cruz a essayé d'ouvrir une fenêtre pour tirer sur les jeunes qui fuyaient

«Dieu merci elles sont restées fermées», a dit le sénateur Bill Galvano.

Photo AP/Brynn Anderson
Famille et amis se consolent lors des funérailles d'Alyssa Alhadeff à la Star of David Funeral Chapel à North Lauderdale, en Floride, vendredi.

Nikolas Cruz est descendu du véhicule Uber et s'est dirigé vers l'immeuble 12 de l'école secondaire Marjory Stoneman Douglas, en emportant avec lui un polochon noir et un sac à dos noir.

Un homme à l'intérieur de l'école a reconnu Cruz, un ancien étudiant qui avait été expulsé pour des problèmes de discipline. L'homme a communiqué avec un collègue par radio, et les premiers tirs ont retenti moins d'une minute plus tard.

Le jeune homme de 19 ans portait un chandail marron, des pantalons noirs et une tuque noire. Le témoin, dont le nom a été caviardé du rapport rédigé par la police, a dit que Cruz se déplaçait «avec confiance».

Cruz est entré dans l'immeuble, a grimpé un escalier et a sorti une arme de son polochon, selon les responsables. Il a tiré des balles dans quatre salles au premier étage — revenant même sur ses pas pour tirer une deuxième fois dans deux d'entre elles — avant de monter au deuxième étage, où il a abattu une victime.

Cruz a ensuite couru jusqu'au troisième étage. Selon le récit des événements fourni par le bureau du shérif du comté de Broward, trois minutes se sont alors écoulées avant qu'il ne dépose son arme et son sac à dos et qu'il ne redescende au premier étage pour tenter de se mêler aux jeunes paniqués.

Un élu local, le sénateur Bill Galvano, a visité le troisième étage. Des responsables lui ont dit que Cruz a apparemment tiré à bout portant dans les fenêtres, en direction des jeunes qui s'enfuyaient, mais sans réussir à les briser. Des policiers ont confié à M. Galvano que ces fenêtres ne sont pourtant pas difficiles à ouvrir.

«Dieu merci elles sont restées fermées», a dit le sénateur.

Seulement six minutes se sont écoulées entre le moment où Cruz est entré dans l'école et le moment où il est reparti. Il a atteint une trentaine de personnes pendant ce bref laps de temps, dont 17 mortellement.

Après le carnage, il a marché jusqu'à un magasin Wal-Mart voisin et a acheté une boisson gazeuse chez Subway, avant de se rendre chez McDonald's.

Il a été intercepté en pleine rue par la police une quarantaine de minutes plus tard. Il n'a offert aucune résistance.

On se questionne encore sur les motivations de Cruz. On sait seulement qu'il avait été expulsé de cette école de quelque 3000 élèves, qui se trouve dans un quartier huppé où le prix moyen des maisons frise les 600 000 $ US. Les jeunes qui le connaissaient ont décrit un individu troublé dont le comportement étrange torpillait les amitiés qu'il parvenait à nouer.

Sa mère adoptive est apparemment morte d'une pneumonie le 1er novembre et son père adoptif serait décédé il y a plusieurs années. Nikolas Cruz et son frère biologique avaient été confiés à des proches de la famille. L'avocat de la famille qui hébergeait Cruz a décrit un jeune homme «poli, mais triste».

Les autorités tentent maintenant de déterminer si Cruz avait annoncé ses intentions d'une manière quelconque. La police fédérale américaine, le FBI, a révélé jeudi avoir tenté en vain d'identifier, en 2017, un individu du même nom qui avait proclamé sur YouTube son intention de devenir «tireur professionnel dans une école».

Deux représentants des forces de l'ordre ont confié que Cruz avait acheté en toute légalité, en février 2017, le fusil d'assaut Smith & Wesson M&P15 .223 qu'il a utilisé.

La fusillade de mercredi était le 17e incident impliquant une arme à feu à survenir dans une école américaine depuis le début de l'année.

À voir aussi: