NOUVELLES
16/02/2018 12:59 EST | Actualisé 16/02/2018 14:18 EST

Prévenue au sujet du tireur, la police admet une défaillance lors de la fusillade en Floride

Le FBI a précisé avoir reçu un appel d'un proche de M. Cruz.

La police fédérale américaine a reconnu vendredi ne pas avoir pris les mesures qui s'imposaient après avoir été avertie en janvier de la dangerosité potentielle de Nikolas Cruz, l'homme qui a tué mercredi 17 personnes dans un lycée de Floride.

Le FBI a précisé avoir reçu un appel d'un proche de M. Cruz, qui a décrit le comportement déviant du jeune homme de 19 ans et son intention de tuer des personnes, y compris dans un établissement scolaire.

Cette information "aurait dû être traitée comme une menace potentielle" et "aurait dû être communiquée au bureau du FBI de Miami, qui se serait chargé des investigations nécessaires", a ajouté le FBI dans un communiqué.

A l'inverse, il n'y a pas eu de remontée de l'information donc pas d'enquête menée, a admis la police fédérale. En bref, "la procédure en vigueur n'a pas été respectée", a-t-elle résumé.

L'informateur, qui n'a pas été identifié, a également livré au téléphone des détails sur le fait que Cruz était armé et qu'il publiait des messages menaçants sur les réseaux sociaux.

Dans une déclaration jointe au communiqué, le directeur du FBI Christopher Wray s'engage à "aller au fond du problème" et se dit prêt à revoir les procédures en place.

Interpellé peu après sa fusillade, M. Cruz a été écroué. Il est poursuivi pour 17 meurtres avec préméditation.