NOUVELLES
16/02/2018 17:10 EST | Actualisé 16/02/2018 17:28 EST

La mort d'un nourrisson de trois mois a été causée par sa position au sommeil

Les autorités ont rappelé aux parents les dangers d'une mauvaise position pendant le sommeil pour les bébés.

Daniela Jovanovska-Hristovska via Getty Images

a été causée par sa position au sommeilDans la foulée du décès d'un nourrisson de trois mois au Nouveau-Brunswick, les autorités ont rappelé aux parents les dangers d'une mauvaise position pendant le sommeil pour les bébés.

Le coroner a statué que l'enfant, qui était sous la protection des services sociaux, était mort accidentellement "d'asphyxie secondaire à une position de sommeil non sécuritaire".

Les détails sur le décès du garçon ont été dévoilés par un rapport du Comité d'examen des décès d'enfants. Aucune autre information n'a été fournie.

Le comité indique que les dangers de partager le lit avec l'enfant et d'utiliser des surfaces inappropriées pour le sommeil ne sont pas assez communiqués pour éviter les décès chez les bébés.

Il encourage le médecin hygiéniste en chef de la province de lancer une campagne de sensibilisation à la radio et à la télévision.

L'idée de partager le lit avec l'enfant fait l'objet de débats depuis des années.

"L'endroit le plus sécuritaire pour le sommeil et les siestes de votre bébé est dans un lit de bébé, un berceau ou un moïse qui respectent les règles de sécurité actuelles au Canada", a déclaré Rebecca Pudy, porte-parole pour l'Agence de santé publique du Canada.

"Lorsque les bébés dorment dans des endroits qui ne sont pas faits pour eux, comme un lit pour adulte, un sofa, ou un fauteuil, ils peuvent se retrouver pris et suffoquer."

Certains parents et intervenants du milieu, dont le médecin américain William Sears, soulignent pourtant les avantages pour les parents de partager leur lit avec l'enfant.

"Un enfant et une mère qui dorment côte à côte partagent plusieurs interactions qui sont sécuritaires et saines", a-t-il écrit sur son site internet.

"Les nourrissons qui partagent le lit sont susceptibles de dormir plus souvent sur le dos ou sur les côtés et moins sur leur ventre, un facteur qui pourrait diminuer les risques du syndrome de mort subite du nourrisson (MSN)."

Mais Mme Purdy maintient que le risque de suffocation est plus élevé lorsque l'enfant partage le même lit qu'un adulte ou un autre enfant.

"Le risque est encore plus élevé pour les bébés de moins de quatre mois", a-t-elle ajouté.

Le meilleur environnement pour un bébé est un matelas ferme avec un drap ajusté, selon Mme Purdy.

"Une literie moelleuse, dont des oreillers, des édredons, des couettes ou des bordures de protection peuvent augmenter le risque de suffocation", a-t-elle indiqué.

La Société canadienne de pédiatrie dissuade également les parents de partager leur lit.

Sur son site internet, la société rappelle que les berceaux fabriqués avant 1986 ou ceux sans étiquette de l'Association canadienne de normalisation (Groupe CSA) ne sont pas sûrs. Les lits d'adulte, les fauteuils, les lits d'eau, les sofas, les canapés-lits et tous les autres "lits de fortune" ne sont pas non plus sûrs pour les bébés.

Par ailleurs, la société souligne que les sièges de voiture sont sécuritaires pour voyager, mais en arrivant à la maison, les parents devraient le déplacer dans leur lit.