Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Thaïlande: l'ex-chef de la police entendu pour un prêt octroyé par un patron de bordel

L'ancien chef de la police thaïlandaise, aujourd'hui à la tête de la fédération de football du pays, a été entendu jeudi par des policiers pour avoir touché 7,6 millions d'euros de prêts de la part d'un patron de bordels.

"Je suis ici en tant que témoin. Je ne peux pas donner de détails", a simplement déclaré Somyot Poompanmoung à la presse à sa sortie du poste de police.

La semaine dernière, il avait admis devant les journalistes avoir touché des prêts de ce "vieil ami" à l'époque où il était chef de la police mais prétend ne pas savoir d'où venait l'argent.

L'homme qui a prêté des millions à Somyot s'appelle Kampol Wirathepsuporn. Il est le propriétaire présumé de plusieurs bordels à Bangkok dont le Victoria Secret, au coeur d'un important scandale récemment.

Lors d'une descente le mois dernier dans cette immense établissement où travaille plus d'une centaine de prostituées, la police a découvert 13 filles mineures originaires de la Birmanie voisine.

Ainsi qu'un registre énumérant les noms d'une vingtaine de fonctionnaires ayant profité de repas, de boissons ou de relations sexuelles offerts.

Le lieu est l'un des nombreux établissements à Bangkok se présentant comme des "salons de massage" aux devantures très voyantes mais qui ne sont que d'immenses maisons closes.

Bien que la prostitution soit illégale en Thaïlande, elle est largement tolérée et à pignon sur rue dans plusieurs quartiers de la capitale.

Cette affaire, qui met en lumière les liens entre des policiers et des responsables de l'industrie du sexe, a choqué le pays déjà agité par plusieurs scandales impliquant des personnalités.

Le numéro deux de la junte est dans la tourmente pour avoir omis de déclarer une collection de quelque 25 montres de luxe, et un grand patron du BTP a récemment été arrêté pour une partie de chasse dans un parc naturel protégé.

bur-tib/cr/

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.