Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Super Rugby - Nouveau format, même domination néo-zélandaise ?

Et à la fin, c'est toujours la Nouvelle-Zélande qui gagne? Les provinces néo-zélandaises, dont les Crusaders, tenants du titre, sont de nouveau les principales favorites de la saison 2018 du Super Rugby, réduit à quinze équipes.

Exit les Sud-Africains des Kings et des Cheetahs ainsi que la Western Force australienne, retour à un format en vigueur jusqu'en 2015 inclus.

Place, également, à davantage de simplicité et de cohérence dans la programmation de la saison régulière puisque chaque équipe affrontera douze des quatorze autres.

Ce qui ne permettra pas, par exemple, aux Golden Lions sud-africains d'atteindre la finale 2017 sans avoir croisé, avant le match pour le titre, la route d'une seule franchise néo-zélandaise!

Les représentants du pays au Long nuage blanc sont justement de nouveau les mieux placés pour enlever le championnat des provinces de l'hémisphère Sud comme lors des trois dernières éditions.

L'an passé, la Nouvelle-Zélande avait même placé le maximum d'équipes possible en phase finale, quatre: les Crusaders, les Hurricanes, les Chiefs et les Highlanders.

Rebelote cette année? Probablement, avec de nouveau en première ligne les Crusaders, province la plus titrée (8), avec son effectif cinq étoiles, notamment chez les avants (Read, Whitelock), et un nouvel entraîneur des arrières nommé Ronan O'Gara.

Les Hurricanes de Beauden Barrett, sacrés en 2016, paraissent également solidement armés, alors que les Chiefs et les Highlanders pourraient vivre une saison de transition.

Les premiers ont perdu leur entraîneur principal (Dave Rennie, parti à Glasgow) et leur charnière formée de Aaron Cruden (Montpellier) et Tawera Kerr-Barlow (La Rochelle). Les seconds, désormais entraînés par Aaron Mauger, leur centre Malakai Fekitoa (Toulon). Les Blues de Tana Umaga sont eux en pleine reconstruction.

Qui pour concurrencer les Néo-Zélandais? Sans doute de nouveau les Sud-Africains, qui avaient placé trois autres équipes en phase finale: les Stormers, les Sharks (sans Pat Lambie parti au Racing 92) et les Golden Lions. Même si ces derniers ont perdu leur tête pensante Johan Ackermann, parti entraîner les Anglais de Gloucester.

Côté australien, les Brumbies semblent de nouveau les mieux outillés, tandis que les Reds et les Waratahs (dernière équipe non néo-zélandaise sacrée, en 2014) tenteront de retrouver la phase finale.

Un objectif également dans la ligne de mire des Jaguares argentins, en progression, beaucoup moins dans celle des Melbourne Rebels, plus mauvaise équipe de la saison passée (une victoire), et des Sunwolves japonais, qui avaient à peine fait mieux (deux succès).

nk/sg

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.