NOUVELLES
15/02/2018 14:38 EST | Actualisé 16/02/2018 12:52 EST

Les guides audio retirés des distributrices de titres de la STM

La clientèle malvoyante doit dorénavant se fier aux employés dans les guichets de la STM.

Olivier Robichaud

Le métro de Montréal sera bientôt moins accessible, malgré des efforts importants pour ajouter des ascenseurs. La clientèle aveugle perd peu à peu les guides audio qui leur permettent de recharger leur carte Opus dans les machines distributrices de la Société de transport de Montréal (STM).

Les machines distributrices sont munies de prises pour brancher des écouteurs. Une interface sonore est alors activée et les personnes aveugles ou malvoyantes sont aidées par un «guide» vocal afin de compléter l'achat de titres de transport.

Or, comme le rapporte le journal 24Heures, la STM procède actuellement au remplacement des claviers bancaires qui se trouvent sur ces machines. L'interface sonore ne fonctionne pas sur ces claviers, ce qui signifie qu'il est difficile pour un usager aveugle de savoir s'il a entré son NIP correctement.

La STM a non seulement décidé de poursuivre l'installation de ces claviers, elle a désactivé l'ensemble de l'interface sonore sur les machines concernées. L'ensemble des claviers devraient être remplacés d'ici quelques semaines.

«Pourtant, la STM se dotait, en 2011, d'une politique en accessibilité universelle qui, ultimement, vise à ce que l'ensemble des voyageurs profite des services offerts par la Société de transport. En retirant la fonctionnalité sonore de ses équipements liés à la vente de ses titres de transport, la STM commet une entorse des plus significatives à cette politique», affirme Yvon Provencher, agent de développement et de communications au Regroupement des aveugles et amblyopes du Montréal métropolitain (RAAMM).

La clientèle malvoyante doit dorénavant se fier aux employés dans les guichets de la STM. Mais ces guichets sont souvent vides lorsque les employés effectuent d'autres tâches.

Sur Twitter, la société a indiqué que la situation est temporaire et que la décision de fermer l'interface sonore a été prise de concert avec le RAAMM.

«Ils essaient de dire qu'on est d'accord avec ça, mais c'est faux. C'est normal d'enlever l'interface si le clavier ne marche pas, mais à la base, ils auraient dû s'assurer d'avoir des claviers qui marchent», lance M. Provencher.

Selon la STM, les nouveaux claviers pourront supporter l'interface sonore, mais cette fonction "comporte des anomalies" pour l'instant.

La STM affirme être dans l'obligation de changer les claviers parce que les fournisseurs de cartes bancaires exigent que le transporteur demeure conforme aux normes de sécurité qui régissent les transactions bancaires.

«Le fait de ne pas se conformer à la norme expose la STM à des pénalités et risques importants, pouvant aller jusqu'à l'interdiction de vendre des titres de transport au moyen de cartes de débit ou crédit», indique par courriel le porte-parole de la société, Philippe Déry.

Les 9 projets à surveiller à Montréal en 2018