POLITIQUE
15/02/2018 21:12 EST | Actualisé 15/02/2018 21:12 EST

Les demandes d'asile de Roumains grimpent après l'abandon des visas

«Il y a la possibilité d'une réinstauration de l'obligation de visa.»

Danielle Donders

La levée de l'exigence de visas pour les citoyens roumains a entraîné une augmentation importante des demandes d'asile et une rencontre entre le gouvernement fédéral et des diplomates roumains à Ottawa.

Des responsables au ministère de l'Immigration ont indiqué jeudi que 232 Roumains avaient fait une demande d'asile au Canada depuis la levée de l'obligation de visas le 1er décembre. Par comparaison, seulement 120 Roumains avaient fait une demande d'asile au Canada durant toute l'année 2016.

Bien que l'exigence ait été abandonnée simultanément pour les Bulgares, les demandes d'asile dans leur cas sont restées à un faible niveau, ont affirmé des responsables devant le comité sur l'immigration de la Chambre des communes, jeudi.

Le changement dans la politique d'immigration était relié à la conclusion de négociations pour un accord de libre-échange du Canada avec l'Union européenne l'an dernier.

Le fait que seulement certains citoyens de l'UE, contrairement aux autres, avaient besoin d'un visa pour entrer au Canada représentait un irritant majeur qui menaçait de faire dérailler les négociations.

Concernant les Roumains, Paul MacKinnon, sous-ministre adjoint des politiques stratégiques, a relevé qu'il n'avait pas été déterminé s'il s'agissait d'une tendance qui persisterait ou essentiellement un bond circonstanciel en raison de la décision sur les visas.

À tout le moins, la situation a été jugée assez importante pour mener à une rencontre il y a deux semaines et demie avec l'ambassadeur roumain au Canada.

M. MacKinnon a souligné que les deux parties avaient avantage à assurer que le programme puisse durer.

«Ils travaillent de très près avec nous», a-t-il indiqué.

M. MacKinnon a affirmé que si les demandes d'asile atteignent un certain niveau sur une période de douze mois, il y a la possibilité d'une réinstauration de l'obligation de visa. Il n'a pas voulu préciser le niveau concerné, faisant valoir la nature des relations diplomatiques.

VOIR AUSSI: