NOUVELLES
15/02/2018 15:11 EST | Actualisé 15/02/2018 16:03 EST

Baptiste Brochu se blesse à l'entraînement, voit son rêve olympique brisé

Brochu a confirmé qu'il s'était retiré en raison de deux micro-fractures au tibia gauche.

EPA

Baptiste Brochu a cru pouvoir vivre son rêve olympique jusqu'à la dernière minute, mais la réalité l'a frappé de plein fouet jeudi matin, quelques heures avant la compétition de snowboard cross aux Jeux de Pyeongchang.

Brochu a confirmé qu'il s'était retiré en raison de deux micro-fractures au tibia gauche, subies lors de sa deuxième descente d'entraînement la veille.

L'athlète de Saguenay se déplaçait en béquilles jeudi matin, mais il a indiqué qu'il n'aura pas à être opéré. Il devra toutefois porter une attelle de compression pendant un certain temps. La durée de sa convalescence devrait être de huit semaines, a-t-il précisé.

"Je suis allé trop loin sur un saut et j'ai atterri directement sur le plat, a expliqué le planchiste de 23 ans. Je me suis donc fissuré, à deux endroits, le tibia. Sur le coup, je pensais que c'était mon péroné, mais les radiographies et les tests d'imagerie par résonance magnétique ont démontré que c'était bel et bien le tibia."

Brochu a raconté qu'il s'était relevé après sa chute, avait retiré ses fixations et marché quelques pas sans ressentir de douleur, sous l'adrénaline du moment. Mais, a-t-il dit, dès que l'adrénaline est tombée la douleur est devenue très aiguë. Il a alors été évacué sur une civière.

"En me levant ce matin, je n'étais pas capable de bouger, a-t-il évoqué. La douleur était très intense juste sous mon genou, et dans le haut de mon tibia. Pour ma sécurité et ma santé, c'était préférable que je ne cours pas.

"C'est beaucoup d'émotions à gérer, a-t-il ajouté. Ce matin, je suis serein, mais hier je ne l'étais pas du tout. Hier, je suis passé par l'une des pires journées de ma vie, mais la vie continue et j'espère que l'avenir me réservera de meilleurs moments que ça."

Les médaillés du Canada aux JO de Pyeongchang

Derrière ses lunettes de soleil, ses yeux bouffis trahissaient la soirée misérable qu'il venait de vivre.

"C'est sûr que j'avais espoir (de participer à l'épreuve), mais finalement j'ai revu les médecins ce matin et ils m'ont dit que ça n'avait pas de bon sens de courir. Je n'ai pas beaucoup dormi hier", a-t-il reconnu.

En retrait, sa mère, Valérie Villeneuve, peinait à contenir ses émotions, tandis que la copine de Brochu se tenait à ses côtés, avec un carton à son effigie sous le bras.

"Ç'a été un choc, c'est sûr. On ne pensait pas vivre une journée comme celle-là. C'est de l'émotion, a reconnu Mme Villeneuve, en retenant ses larmes. C'était la première fois que je le voyais, parce que d'habitude ses compétitions sont trop loin. Mais il est encore jeune, et je ne suis pas inquiète pour lui; il a un bon physique. Ce n'est que partie remise."

Son père, Alain Brochu, avait mis la puce à l'oreille des membres des médias quelques heures plus tôt en publiant un message à propos de la blessure de son fils sur sa page Facebook.

"Jusqu'à il y a quelques heures, nous vivions le rêve olympique, ce rêve que tout athlète caresse dans sa carrière. Puis l'instant d'un moment, tout s'arrête.... Baptiste a fait une mauvaise chute à l'entraînement et s'est fait une microfracture du tibia", a rédigé M. Brochu.

"Baptiste, je veux que tu saches que ça ne change en rien notre vision du champion que tu es. Ce n'est que partie remise. Nous sommes avec toi, nous partageons ta déception, et nous t'aimons", a-t-il poursuivi.

Grondin éliminé en huitièmes de finale

Brochu, qui participe à ses premiers Jeux en carrière, a tout de même tenu à assister à la compétition, pour y encourager ses coéquipiers.

"C'est sûr que regarder mes coéquipiers courir ce matin, ça me brise le coeur, mais je voulais les encourager", a-t-il dit, résigné.

Eliot Grondin, de Sainte-Marie, a été éliminé en huitièmes de finale, tandis que Kevin Hill, de Vernon, en C.-B., a plié l'échine en quarts de finale, et Chris Robanske, de Calgary, en demi-finales.

"Ça se déroulait bien jusqu'à temps que je fasse une erreur qui m'a coûté la course, a résumé Grondin, le deuxième plus jeune athlète de la délégation canadienne à seulement 16 ans. Mais bon, je suis content d'avoir évité une blessure."

Getty Images
Eliot Grondin

D'ailleurs, Grondin a reconnu que la blessure à Brochu l'avait dérangé un peu dans sa préparation.

"Baptiste, c'est mon coéquipier. Quand j'ai appris la nouvelle, j'ai trouvé ça vraiment 'plate' parce qu'il était très rapide à l'entraînement, a confié Grondin. Il aurait eu de bonnes chances de se retrouver en super-finale, selon moi. Mais que voulez-vous, c'est dans la nature de notre sport."

Brochu a indiqué qu'il attendra la fin des épreuves masculine et féminine avant de prendre une décision quant à ses plans pour la suite de la saison.

Le Français Pierre Vaultier a décroché la médaille d'or, devant l'Australien Jarryd Hughes et l'Espagnol Regino Hernandez.

VOIR AUSSI: