POLITIQUE
14/02/2018 12:42 EST | Actualisé 14/02/2018 14:35 EST

Ceci est un panneau d'arrêt. Sauf pour les cyclistes, selon la Ville de Montréal

La Ville de Montréal réclame que les cyclistes puissent traverser les arrêts et tourner à droite aux feux rouges.

Olivier Robichaud

La Ville de Montréal souhaite que les panneaux d'arrêt soient interprétés comme des «cédez-le-passage» pour les cyclistes lors de la révision du Code de la sécurité routière. Elle veut aussi permettre le virage à droite aux feux rouges lorsqu'on est à vélo.

Ces deux propositions font partie d'une gamme de nouvelles mesures que la Ville souhaite inclure dans le nouveau Code de la sécurité routière, qui sera adopté prochainement par le gouvernement du Québec.

Si les propositions de Montréal sont ajoutées au projet de loi provincial, les cyclistes ne seraient plus obligés de s'immobiliser à un arrêt. Ils auraient toutefois l'obligation de ralentir et de laisser le passage aux voitures qui arrivent à l'intersection avant eux.

Selon Marianne Giguère, responsable du transport actif au sein du comité exécutif, ces deux mesures légalisent des pratiques qui sont déjà largement répandues.

«On va mieux vivre les uns avec les autres. C'est une pratique qui existe, alors ce n'est qu'un prétexte pour utiliser son bon jugement», lance-t-elle.

La mairesse interpellée par un citoyen

Questionnée à savoir si ces nouvelles règles pourraient cautionner les cyclistes qui traversent les intersections sans ralentir, Mme Giguère rappelle que ce genre de comportement sera sanctionné par des amendes. Le nouveau Code de la sécurité routière multipliera d'ailleurs par cinq les montants des constats d'infraction imposés aux cyclistes contrevenants.

Un citoyen est toutefois venu interpeller la mairesse Valérie Plante à ce sujet, en marge d'une conférence de presse sur la politique de la famille. Selon lui, l'idée que les cyclistes n'aient plus à s'immobiliser aux panneaux d'arrêt ne fera qu'empirer les problèmes de partage de la route.

«Les utilisateurs de la route les plus dangereux, c'est les cyclistes!»- Alexandre Laflamme

M. Laflamme se décrit comme automobiliste, cycliste et piéton, selon les moments.

«Le cédez-le-passage me fait très peur. Déjà, les cyclistes ne respectent pas les stops, ils ne respectent pas les automobilistes quand ils sont ensemble. J'aime faire de la bicyclette à Montréal, mais je trouve que c'est de plus en plus difficile... à cause des autres cyclistes!», ajoute l'homme.

Mme Plante réplique que tous les usagers de la route doivent avoir en tête de protéger les usagers plus vulnérables.

«On va travailler sur ce meilleur partage de la route parce que chaque utilisateur est important», dit-elle.

Selon Mme Giguère, ces mesures pour les cyclistes pourraient être considérées comme des exceptions accordées en vertu du «Réflexe Montréal» négocié par l'administration précédente. Le reste du Québec ne serait pas nécessairement affecté.

Contre la fermeture de Camillien-Houde

M. Laflamme en a aussi contre l'idée d'interdire les automobilistes de transit sur le mont Royal. La Ville souhaite fermer un tronçon de la voie Camillien-Houde et du chemin Remembrance pour empêcher les automobilistes 12 000 automobilistes qui empruntent cette voie de l'utiliser comme raccourci pour se rendre ailleurs.

«Je trouve que c'est un projet ridicule. On fait beaucoup référence à l'accident qui a eu lieu, et l'accident n'avait aucun rapport avec le trafic de transit», souligne-t-il.

Rappelons que le cycliste Clément Ouimet est décédé cet automne lorsqu'un automobiliste a fait un virage illégal en U afin de retourner vers le sommet de la montagne.

Selon M. Laflamme, les problèmes de sécurité potentiels seront déviés vers des secteurs à fort débit de passants de toutes sortes.

«On va envoyer les voitures dans deux zones universitaires, souligne-t-il. L'Université McGill et l'Université de Montréal sont des endroits très passants pour les piétons et les cyclistes. Les étudiants vont majoritairement à l'université en transport en commun, donc je trouve que rediriger le trafic dans ces secteurs-là, ça ne s'applique pas.»

D'autres changements réclamés

En plus du cédez-le-passage et du virage à droite sur feu rouge, l'administration de Valérie Plante souhaite que les cyclistes puissent traverser une intersection avec les feux pour piétons. Cette pratique, également répandue, est jugée plus sécuritaire par la Ville.

Le mémoire réclame également l'obligation d'ajouter des barres de protections latérales, aussi appelées «jupettes», sur les véhicules lourds. Le parti de la mairesse, Projet Montréal, réclame depuis longtemps que cette obligation s'applique aux camions de déneigement des entrepreneurs qui font affaire avec la Ville. La proposition de bannir tous les poids lourds qui ne sont pas munis de jupettes a toutefois été écartée, l'administration préférant laisser cette question au gouvernement.

La Ville souhaite aussi que le gouvernement encadre l'affichage publicitaire dynamique, source de distraction pour les conducteurs.

Galerie photoLes 9 projets à surveiller à Montréal en 2018 Voyez les images