NOUVELLES
12/02/2018 13:45 EST | Actualisé 12/02/2018 13:48 EST

Des Jeux trop hivernaux? Le froid et le vent compliquent la vie des athlètes à Pyeongchang

La vue à partir du télésiège n'est pas très rassurante...

Le froid est un élément attendu des Jeux olympiques d'hiver, mais les conditions météorologiques rencontrées à Pyeongchang sont particulièrement extrêmes.

Du vent et du grésil ont forcé les planchistes olympiques à se battre pour rester droites dans des conditions que plusieurs jugeaient peu propices à la compétition. Les meilleurs sauteurs à ski de la planète ont dû composer avec de forts vents, tandis que les biathlètes avaient de la difficulté à atteindre la cible.

Partout sur les sites des Jeux, les athlètes et les spectateurs font face à des conditions qui ont mis à l'épreuve même les athlètes de sports hivernaux les plus expérimentés.

Les températures glaciales ont été accompagnées de rafales de vents atteignant 70 km/h. Les organisateurs ont dû modifier les horaires et des spectateurs grelottants ont choisi de quitter les épreuves plus tôt que prévu.

Le froid mordant a mené de nombreux spectateurs vers la sortie, dimanche, lorsque les qualifications de l'épreuve féminine de slopestyle ont été annulées, et la finale de lundi a commencé avec 75 minutes de retard. Des 50 descentes, 41 se sont terminées avec une chute ou un abandon des planchistes.

L'Américaine Jamie Anderson a remporté l'or en regardant la majorité de ses rivales se démener avec difficulté, puis en offrant une descente conservatrice qui était bien loin de la performance gagnante qu'elle avait offerte aux X Games, deux semaines plus tôt.

"C'était absolument terrifiant d'être si haut dans les airs et d'avoir un vent de 30 milles à l'heure (près de 50 km/h) souffler vers vous de côté", a noté le président de l'Association américaine de ski et de surf des neiges, Tiger Shaw.

Plusieurs des planchistes croyaient qu'ils n'auraient pas dû compétitionner par ce temps.

"Vous montez dans le télésiège, vous voyez ces petites tornades et vous vous dites "Qu'est-ce que c'est que ça?"", raconte la planchiste tchèque Sarka Pancohova, qui a terminé 16e.

En saut à ski, des filets géants ont été installés pour minimiser le vent. Cela n'a toutefois pas été suffisant: la finale masculine au tremplin normal, samedi, a été repoussée à plusieurs reprises et s'est finalement terminée après minuit.

"C'était incroyablement froid, a confié le japonais Noriaki Kasai, qui participait à ses huitièmes Jeux. Le son du vent du haut du tremplin était incroyable. Je n'ai jamais vécu une telle chose sur le circuit de la Coupe du monde. Je me suis dit: "Ils vont certainement l'annuler.""

Les épreuves de ski alpin, de leur côté, n'ont tout simplement pas pu commencer, laissant des grandes vedettes comme l'Américaine Mikaela Shiffrin et le Norvégien Aksel Lund Svindal prendre leur mal en patience en attendant leur tour. Les deux premières épreuves de la discipline - la descente masculine dimanche et le slalom géant féminin lundi - ont été annulées quelques heures avant le début prévu. Elles ont toutes deux été remises à jeudi, lorsque la météo devrait être un peu plus clémente.

De forts vents sont encore prévus mardi et mercredi.

Galerie photoJeux olympiques: les meilleures photos Voyez les images