NOUVELLES
10/02/2018 10:31 EST | Actualisé 10/02/2018 10:32 EST

Kim Boutin et Marianne St Gelais survolent la glace, les Sud Coréennes dominent

Les favorites locales ont ravi la tête aux Canadiennes avec huit tours à faire.

Marianne St Gelais.
MLADEN ANTONOV via Getty Images
Marianne St Gelais.

Les patineuses de vitesse courte piste canadiennes ont brisé la glace, samedi, aux Jeux olympiques de Pyeongchang, où les Sud-Coréennes ont confirmé leurs intentions lors d'une course folle au relais 3000 mètres.

Marianne St-Gelais, Kasandra Bradette, toutes deux de Saint-Félicien, Kim Boutin, de Sherbrooke, et Jamie MacDonald, de Fort St. James, en Colombie-Britannique, ont terminé la course en deuxième place, en quatre minutes 7,627 secondes (4:07,627), permettant à l'équipe de franchir les préliminaires.

St-Gelais et Boutin ont aussi atteint l'étape suivante au 500 m, tandis que MacDonald a été éliminée.

C'est toutefois la première vague des préliminaires du relais féminin qui a enflammé les passions des spectateurs, après que la Sud-Coréenne Yubin Lee eut chuté bêtement à l'arrière du peloton dans les premiers tours de la course.

Appuyées par une foule bruyante et enthousiaste, les Sud-Coréennes ont ouvert la machine et ont tout de même remporté la course, fracassant même temporairement un record olympique avec un temps de 4:06,387.

Les favorites locales n'ont eu besoin que d'une dizaine de tours pour revenir s'attacher à l'arrière du peloton et elles ont ravi la tête aux Canadiennes avec huit tours à faire.

"On savait qu'elles s'en venaient. On entendait la foule et on les voyait lorsqu'on attendait nos échanges", a raconté Bradette.

"On a fait ce qu'on avait à faire. On a évité les ennuis en arrière et on a joué avec nos tracés, ce qui nous a avantagées en début de course. la fin, les Coréennes ont démontré leur grande force. Ce sera intéressant en finale."

Dans l'autre vague préliminaire, la Chine s'est imposée en 4:05,315, ravissant la marque olympique établie quelques minutes plus tôt par les Sud-Coréennes. L'Italie a obtenu l'autre place en grande finale, qui aura lieu le 20 février.

Boutin et St-Gelais chassent la nervosité

Du côté du 500 m, Boutin et St-Gelais ont facilement franchi l'étape, dominant leur vague respective d'un bout à l'autre.

MacDonald n'a pas eu autant de succès, elle qui a chuté après un contact avec la Chinoise Yutong Han en plus d'être pénalisée.

Autant Boutin que St-Gelais n'étaient pas pleinement satisfaites de leur performance. Toutefois, elles étaient toutes deux contentes d'avoir chassé la nervosité, même si Boutin en est à sa première expérience olympique et St-Gelais, à sa troisième.

"J'étais assez nerveuse, je tremblais sur la ligne de départ, a raconté Boutin, qui est âgée de 23 ans. Après, j'étais prête à foncer. Ç'a n'a pas été ma meilleure course, mais j'étais solide au niveau technique."

"Je me suis sentie précieuse dans la course, mais j'ai cassé la glace de belle façon, a pour sa part affirmé St-Gelais, qui est âgée de 27 ans et qui a trois médailles olympiques d'argent à son palmarès. Je n'avais pas ma meilleure vitesse, on dirait que j'avais peur que la glace lâche. Je me suis concentrée sur l'aspect technique et je me disais que ça irait bien comme ça."

La Britannique Elise Christie, championne du monde en titre au 1000 et au 1500 m, a passé un message lors des préliminaires, fracassant un record olympique avec un chrono de 42,872 secondes. Elle a même affirmé quelques minutes plus tard qu'elle aurait pu faire encore mieux.

"Elle est très forte et très rapide, mais ça ne me dérange pas du tout, a dit St-Gelais, médaillée d'argent au 500, 1000 et 1500 m aux derniers Mondiaux. Je suis capable de la suivre."

Les quarts de finale, demi-finales et finales du 500 m seront présentées mardi, au Palais des glaces de Gangneung.

Galerie photoJeux olympiques: les meilleures photos Voyez les images

Voir aussi: