NOUVELLES
08/02/2018 10:50 EST

Pierre Moscovici peu inquiet des turbulences des marchés

Le commissaire européen aux Affaires économiques Pierre Moscovici s'est montré jeudi en Grèce peu inquiet des turbulences de début de semaine sur les marchés, en raison de la qualité actuelle des "fondamentaux" de la croissance européenne.

Alors que la Commission européenne a relevé mercredi ses prévisions, notamment pour la zone euro (2,3% en 2018, 2% en 2019), M. Moscovici s'est dit "pas soucieux" de ces turbulences passagères.

"Il peut y avoir ici ou là de la volatilité sur les marchés, des corrections, mais je suis très confiant dans les fondamentaux de l'économie mondiale et en particulier de l'économie européenne, parce que nous avons fait ces dernières années des réformes qui nous rendent plus solides", a assuré le Commissaire, en marge d'un dîner organisé par l'hebdomadaire The Economist dans un hôtel de la banlieue d'Athènes.

Par ailleurs, il a estimé qu'avec le Brexit, "on ne doit pas penser qu'il y a eu un signal, un message d'une trop grande inégalité auquel il faut répondre. Il y a surtout besoin de construire un récit pro-européen", a-t-il estimé.

"Si la presse britannique s'était comportée comme The Economist au cours de 40 dernières années et si les politiciens britanniques avaient construit (ce) récit pro-européen, le Brexit aurait pu être évité", a-t-il lancé.

"Nous devons, notamment dans la zone euro, tirer des leçons du Brexit, non pas en considérant qu'il y a quelque chose qui nous menace, mais qu'il y a un défi, auquel nous devons répondre par une intégration réussie", a-t-il poursuivi.

Alors que l'adhésion des pays des Balkans est en débat actuellement dans l'UE, M. Moscovici a estimé que "la position (de l'UE) était claire".

"L'Europe doit rester un processus inclusif, la porte n'est pas fermée, il y a encore des pays candidats qui doivent pouvoir avoir leur chance d'adhérer, mais nous savons aussi que ça prendra du temps, pas avant 2025".

"Des conditions rigoureuses doivent être remplies, à la fois du point de vue de la capacité de l'UE à s'élargir et de la capacité de ces pays à nous rejoindre", a-t-il dit.

M. Moscovici a rencontré dans la journée des dirigeants grecs, tenant des propos optimistes sur la capacité de la Grèce à sortir à l'été des plans d'aide dans lesquels elle vit depuis 2010, pour redevenir "un pays normal".

od/mr