NOUVELLES
08/02/2018 05:23 EST | Actualisé 08/02/2018 05:27 EST

Le Comité olympique russe prétend que la suspension ne touche pas ses dirigeants

PYEONGCHANG, Corée, République de — Le Comité olympique russe est suspendu des Jeux olympiques d'hiver. Malgré tout, son vice-président travaillait jeudi avec les athlètes qui sont à Pyeongchang, plus récent échappatoire découvert entourant cette sanction.

Stanislav Pozdniakov s'est adressé aux reporters au Centre des médias, expliquant que la sanction ne ne le touche pas.

Pour les JO de Pyeongchang, Pozdniakov est le chef de la délégation des «athlètes olympiques de Russie», appellation qui sert à identifier les 168 athlèrtes qui participeront sous drapeau et couleurs neutres. Ces 168 athlètes ont obtenu l'aval du Comité international olympique (CIO); 51 autres ont interjeté appel devant le Tribunal arbitral du sport afin d'obtenir une invitation. Une décision doit être rendue vendredi.

«Vous devez lire attentivement la décision du CIO, a déclaré Pozdniakov. Elle dit que le Comité olympique russe est suspendu. Son président et son secrétaire général ne peuvent pas participer aux Jeux de Pyeongchang. Mais il n'y a rien au sujet du vice-président ou des autres membres du personnel du Comité olympique russe.»

Le porte-parole de la délégatio a ajouté que le personnel russe a «été nommé par le CIO, à titre de délégation séparée». C'est ce qui permet aux dirigeants russes d'être à la tête de cette délégation.

Dans un courriel transmis à l'Associated Press, le CIO a affirmé que Pozdniakov est  sur place afin de s'assurer que «les athlètes russes propres jouissent d'un appui adéquat».

Pozdniakov a raconté que la Russie n'avait pas d'objectif de médailles pour ces Jeux. Il a aussi refusé de spéculer sur le processus d'appel en cours.

«Je serai heureux si on peut ajouter quelque athlète que ce soit à notre délégation», a-t-il simplement dit.

Malgré les sanctions, la délégation des athlètes olympiques de Russie sera très imposante en Corée du Sud: un peu moins nombreuse qu'à Sotchi il y a quatre ans, mais plus importante que celle des Jeux de Vancouver, en 2010.

Un bénévole du CIO portera le drapeau olympique quand ces athlètes feront leur entrée dans le Stade olympique pour la cérémonie d'ouverture, vendredi. Le CIO a indiqué qu'elle lèverait cette suspension si la Russie suit «la loi à la lettre», ce qui lui permettrait de participer à la cérémonie de clôture sous son propre drapeau.

Pozkniakov n'a pas voulu davantage commenter cette sanction.

«Je ne peux pas le faire, puisque j'ai accepté une invitation du Comité international olympique.»

Il rappelle qu'on a exigé des Russes qu'ils ne créent pas de controverse: pas de drapeau russe, pas de critique, pas de manifestation.

«Nous les avons déjà conseillés au sujet de l'attitude à adopter, une façon de se comporter suggérée par le CIO, ajoute Pozdniakov. Mais nous ne pouvons pas inclure dans ces conseils les milliers de situations qui peuvent survenir. Je sais que tous les membres de notre délégation sont au courant de ces règles et sont prêts à les respecter.»

Pozdniakov a d'ailleurs répété que l'objectif était de défiler sous le drapeau russe lors de la cérémonoie de clôture, pas le drapeau olympique.