NOUVELLES
07/02/2018 23:02 EST

"Complot terroriste": l'Iran rejette les accusations de Bahreïn

L'Iran a rejeté comme "mensongères et sans fondement" les accusations lancées mercredi par Manama selon lesquelles Téhéran aurait entraîné deux suspects arrêtés au Bahreïn pour un attentat qui aurait visé un oléoduc dans ce royaume.

"Les dirigeants bahreïnis feraient mieux d'établir un dialogue sérieux avec leur peuple pour mettre fin à la crise dans leur pays plutôt que de lancer des accusations éculées [...] et d'étouffer les demandes légitimes de leurs concitoyens", indique un communiqué des Affaires étrangères iraniennes publié dans la nuit de mercredi à jeudi.

Bahreïn a annoncé mercredi avoir arrêté quatre hommes soupçonnés d'avoir mené le 10 novembre un attentat à la bombe contre un oléoduc de la société pétrolière saoudienne Aramco.

Le ministère de l'Intérieur bahreïni a affirmé que deux d'entre eux avaient reçu "un entraînement intensif dans des camps des Gardiens de la révolution", l'armée d'élite de la République islamique d'Iran.

Le ministère, qui poursuit les suspects pour "complot" et "attentat", les accuse d'appartenir à un mouvement de protestation animé par des chiites (majoritaires à Bahreïn, comme en Iran) né en 2011 et qui réclame une véritable monarchie constitutionnelle à la dynastie sunnite qui règne à Manama.

Des dizaines de Bahreïnis ont été emprisonnés et déchus de leur nationalité depuis 2011, mais le royaume nie toute discrimination envers les chiites et accuse régulièrement l'Iran de former des "cellules terroristes" et de "déstabiliser" Bahreïn, ce que Téhéran dément.

Le 10 novembre, un incendie sur l'oléoduc reliant la raffinerie bahreïnie Bapco à la principale station de pompage d'Aramco dans la province de Dahran en Arabie saoudite avait provoqué l'arrêt du pipeline. Les autorités de Bahreïn avaient immédiatement dénoncé un acte "terroriste" et mis en cause l'Iran.

mj/nbz