BIEN-ÊTRE
08/02/2018 14:09 EST | Actualisé 08/02/2018 14:32 EST

Ce que vous devez savoir sur les bactéries dans votre vagin

Ça grouille là-dessous!

Getty Images/Moment Open

Vous savez probablement que vous avez un microbiome dans votre estomac avec (espérons-le) de saines bactéries qui aident à prévenir l'obésité et les maladies digestives, réduire les risques d'anxiété et de Parkinson, ainsi que de certains cancers. Mais votre intestin n'est pas le seul endroit ou les bactéries se développent dans votre corps.

Des communautés de bactéries - scientifiquement appelées microbiote ou microbiome - existent partout dans votre corps, incluant le vagin, selon Jacques Ravel, professeur et directeur adjoint en génomique de l'Institut des sciences du génome de l'école de médecine de l'Université du Maryland.

«Ils existent dans toutes les zones qui sont exposées à l'environnement ou peuvent l'être quand des objets étrangers entrent, comme dans le cas de l'estomac, explique M. Ravel à nos confrères du HuffPost États-Unis.

Et tout comme il est important d'avoir de saines bactéries dans l'intestin, avoir de bonnes bactéries dans le vagin peut également avoir des effets sur la santé. Si la recherche sur le microbiome du vagin en est encore à ses débuts, il y a un certain nombre de choses que les experts veulent que les femmes comprennent sur les bactéries qui se cachent là-dedans.

Voici un résumé de ce que vous devriez savoir :

1. Certains vagins ont des bactéries ressemblant à celles dans le yogourt - et ce type est considéré comme une «bonne» bactérie

Un type de bactérie trouvé dans le vagin est issu du même gène que la bactérie dans le yogourt que vous conservez au réfrigérateur : les lactobacilles.

Chaque genre a de nombreuses espèces en son sein et les espèces spécifiques de lactobacilles que l'ont peut trouver le vagin sont différentes des espèces présentes dans l'intestin, les voies urinaires et certains yogourts, explique M. Ravel.

Il existe de nombreux types de bactéries qui peuvent vivre dans le vagin, mais si vous avez des lactobacilles, vous avez gagné le jackpot du microbiome vaginal, toujours selon le scientifique.

2. Avoir des bactéries saines peuvent réduire votre risque de contracter une infection transmise sexuellement

Le fait d'avoir des lactobacilles est relié à un plus faible risque d'attraper des ITSS comme la chlamédia, la gonorrhée, et le VIH ainsi qu'à un plus faible risque d'avoir d'autres problèmes de santé, comme la maladie inflammatoire pelvienne.

Les scientifiques comme M. Ravel pensent que c'est parce que les lactobacilles produisent beaucoup d'acide lactique, abaissant le niveau de pH du vagin à environ 3,5 ou 4 (ce qui est très acide). Un environnement acide nuit au développement des infections. Et c'est une bonne chose.

Getty Images/iStockphoto

«(Le vagin est) un site ouvert, tout comme la bouche, ce qui signifie que vous pouvez être envahie par beaucoup de bactéries», vulgarise le professeur Ravel. Mais les lactobacilles, en rendant le vagin acide, protègent contre tout ça.

Les lactobacilles aident à prévenir une autre infection : la vaginose bactérienne. Elle est très fréquente et peut causer des douleurs ou des démangeaisons dans le vagin, une odeur et des sécrétions blanches ou grises (et un risque accru d'autres infections ou de complications si elle n'est pas traitée). Les antibiotiques peuvent aider, mais une fois qu'une femme a contracté cette infection, elle a plus de chances de l'avoir encore et encore.

Beaucoup de femmes ignorent les symptômes, pensent seulement que c'est une mauvaise journée pour leur petite mademoiselle et ne disent rien à leur médecin. (Et la plupart des gynécologues ne regardent pas systématiquement si vous avez l'infection - donc si vous soupçonnez quelque chose de louche, parlez-en).

3. De bonnes bactéries peuvent prévenir les accouchements prématurés

Plusieurs études suggèrent que les femmes enceintes ayant des lactobacilles dans leur vagin sont moins susceptibles d'accoucher de leur bébé prématurément. Une de ces études menées sur 49 femmes enceintes a établi un lien entre les lactobacilles et le risque d'accouchement prématuré et a montré que les femmes avec deux autres espèces de bactéries, Gardnerella et Ureaplasma, étaient plus susceptibles de voir leur bébé naître prématurément.

D'autres études contredisent ces résultats, nuance M. Ravel. D'autres recherches suggèrent que la race peut expliquer pourquoi les lactobacilles provoquent des naissances prématurées sur certaines et pas sur d'autres.

"Je pense que l'association est beaucoup plus compliquée qu'on le pense, note M. Ravel. La prématurité est une condition multi-factorielle et multi-causale".

4. Beaucoup de femmes n'ont pas nécessairement de bonnes bactéries vaginales

Plusieurs femmes n'ont pas de lactobacilles dans leur vagin. Ils ont des microbiomes qui semblent complètement différents avec encore plus de variétés de bactéries et beaucoup moins d'acide (protecteur), ajoute Richard Cone, professeur de biologie et de biophysique au département de biophysique de l'Université Johns Hopkins.

"Toutes ces femmes ont un risque nettement accru de contracter des ITSS, incluant le VIH, et quand elles tombent enceintes, elles courent un risque plus élevé de donner naissance prématurément et de souffrir d'infection périnatale", a-t-il affirmé à nos collègues du HuffPost américain.

Getty Images/iStockphoto

Les données rassemblées par M. Ravel et ses collègues montrent que plus de 25% des femmes n'ont pas (ou à un niveau très bas) de lactobacilles dans leurs vagins - et ce nombre grimpe à plus de 40% pour les Latinas et à un peu moins de 40% pour les Afro-américaines.

Ça ne veut pas dire que le vagin de ces dames n'est pas en santé, a ajouté M. Ravel - ils sont juste plus à risque de contracter des maladies que celles protégées par les lactobacilles.

5. Votre mère est probablement à blâmer pour le microbiome de votre vagin

Il y a des preuves que de bonnes bactéries vaginales peuvent être transmises de mère en fille. Pas parce que vous êtes nés avec certains gènes, mais parce que si une petite fille est accouchée par voie vaginale, elle est exposée aux bactéries vaginales de sa mère à la naissance. Si la mère a de bonnes bactéries, ça peut faire en sorte que le bébé développe de bonnes bactéries plus tard (puisque les bactéries vaginales n'ont pas tendance à s'accumuler avant la puberté), affirme le professeur Ravel.

Le problème est que cela signifierait que les bébés livrés par césarienne ou de mères sans lactobacille seraient moins susceptibles de développer ces bonnes bactéries vaginales plus tard. Certains bébés nés par césarienne se retrouvent tout de même avec des lactobacilles dans leur vagin. Donc, même si le lien de transmission est logique, il est difficile de connaître avec certitude son importance. D'autres études seraient nécessaires, mais elles sont éthiquement difficiles à réaliser, soutient M. Ravel.

6. La contraception peut changer les bactéries dans votre vagin

Certains types de contraceptifs contenant de l'oestrogène, comme certaines pilules contraceptives, peuvent aider à encourager la croissance et la prolifération de lactobacilles dans le vagin. C'est parce que l'hormone est ce qui encourage la croissance de toutes les bactéries vaginales - et pourquoi les femmes n'ont pas tendance à avoir beaucoup de bactéries dans leur vagin jusqu'à la puberté.

D'autres types de contraceptifs avec de la progestérone, comme le Depo-Provera, ont été associés à un risque accru d'infection, selon M. Ravel. Les chercheurs étudient actuellement si ça pourrait être parce que ces méthodes de contraception nuisent à la croissance de bactéries protectrices et saines, ajoute-t-il.

7. Avoir des relations sexuelles peut changer les bactéries du vagin

Les hommes ont des bactéries sur le pénis et ces microbes ressemblent beaucoup plus aux communautés de bactéries chez les femmes sans lactobacilles. Elles peuvent être transférées lorsque vous avez des rapports sexuels - et si elles sont transmises, elles ont tendance à éliminer toute bonne bactérie que vous avez.

Les chercheurs qui ont suivi des femmes au cours de plusieurs semaines (et qui analysaient leurs vagins et leurs microbiotes en plus de noter leur activité sexuelle et hygiène) ont trouvé que les bactéries non-lactobacilles peuvent prendre le dessus sur le microbiote en très peu de temps (éliminant les lactobacilles) - dans certains cas, dès le lendemain.

Ça ne veut pas dire que faire l'amour va nécessairement vous débarrasser de vos bonnes bactéries vaginales, mais ça pourrait être le cas, affirme le professeur Ravel. L'utilisation d'un condom aide à bloquer la propagation de ces bactéries.

8. Une douche vaginale peut éliminer les bonnes bactéries

Getty Images/EyeEm

Vous n'avez pas besoin de nettoyer votre vagin intensément. Utilisez un savon doux et de l'eau pour essuyer la zone extérieure et tout ce qui est plus loin se nettoie tout seul.

Une étude réalisée auprès de 3620 femmes pendant un an testées tous les trois mois pour voir si elles souffraient d'une infection vaginale bactérienne a révélé que celles ayant signalé avoir fait au moins une douche vaginale pendant la période étaient plus susceptibles de faire partie du 40,2% de femmes ayant souffert d'une infection pendant l'étude.

9. Les scientifiques travaillent sur un probiotique pour votre vagin

Le laboratoire de Jacques Ravel ainsi qu'une autre entreprise californienne développent des traitements probiotiques (ou autrement dit une concoction de bactéries de lactobacilles à partir de femmes en santé avec des lactobacilles, explique le professeur) qui pourraient être administrés directement dans le vagin pour permettre aux bactéries lactobacilles de coloniser de prendre le contrôle du vagin de toutes les femmes.

Le défi consiste à trouver le bon type de lactobacilles capable de se transmettre, comme de nombreuses souches sont trop faibles. Il est également difficile de déterminer si le procédé fonctionnerait pour toutes les femmes.

D'autres entreprises travaillent sur un traitement similaire qui serait administré par voie orale, une pilule. Aucun de ces traitements n'est prêt à être mis en marché, mais il y a de l'espoir.

Ce texte initialement publié sur le HuffPost États-Unis a été adapté de l'anglais.

VOIR AUSSI :

Galerie photoTout savoir sur la sécheresse vaginale Voyez les images