NOUVELLES
07/02/2018 10:20 EST | Actualisé 07/02/2018 10:20 EST

Jeux olympiques: Le courant passe entre Nord et Sud-Coréennes de l'équipe féminine de hockey

«Lorsqu'on a appris qu'elles allaient rejoindre notre équipe, j'ai imaginé le pire scénario», a raconté la Canadienne Sarah Murray, entraîneuse de l'équipe.

"La chimie est meilleure que ce à quoi je m'attendais", s'est réjouie mercredi Sarah Murray, l'entraîneuse de l'équipe féminine de hockey sur glace de Corée, qui compte des joueuses du Nord et du Sud, une première dans l'Histoire des Jeux olympiques.

"Lorsqu'on a appris qu'elles allaient rejoindre notre équipe, j'ai imaginé le pire scénario, on serait séparé, nos joueuses ne se parleraient pas", a expliqué Sarah Murray, à l'issue d'un entraînement au centre de hockey à Gangneung, sur le site côtier des JO-2018 de Pyeongchang, en Corée du Sud.

"L'alchimie est meilleure que ce que l'on avait espéré. L'entraîneur qu'ils ont amené a été fantastique, et sans lui, nous n'aurions pas pu faire ce que nous sommes en train de réaliser. Il est vraiment ouvert aux suggestions", a souligné Murray.

"Toutes les réunions se font ensemble, tous les repas se prennent ensemble", a-t-elle ajouté.

"Sur la glace, les gens font de gros progrès par rapport à la barrière de la langue. La vérité, c'est que dès que l'on connaît quelques mots et que l'on connaît les noms de ses coéquipières sur la ligne de jeu, le reste ce n'est que du langage corporel", a expliqué la joueuse coréenne Randi Griffin.

Woohae Cho via Getty Images

La Corée du Nord avait refusé de participer aux JO-1988 d'été à Séoul, les premiers en Corée du Sud.

Mais pour les Jeux d'hiver en 2018 à Pyeongchang, le Nord a accepté d'envoyer une délégation de 22 sportifs. Et pour la première fois dans l'histoire olympique, des Nord et des Sud-Coréens participeront sous la même bannière représentant la Corée unifiée en hockey sur glace chez les dames.

Toute l'équipe au défilé

"Nos joueuses sont ensemble. Dans le vestiaire, elles se mélangent et parlent. C'est notre famille et c'est grand", a estimé l'entraîneuse Murray.

"Tout le monde apprécie la compagnie de l'autre. Nos nouvelles coéquipières ont fait un effort pour nous connaître et réaliser des connections. Elles sont de bonne coéquipières", a ajouté Griffin.

Moment fort de ce rapprochement spectaculaire entre les deux Corées, le défilé des athlètes vendredi lors de la cérémonie d'ouverture se clôturera par les Coréens, ensemble sous la même bannière.

En 2000 à Sydney, 2004 à Athènes et 2006 à Turin, les deux Corées avaient défilé ensemble sous le même drapeau, il ne s'agit donc pas d'une première mais la symbolique reste très forte, alors que les tensions sont allés crescendo dans les mois précédant les JO-2018.

"L'ensemble de notre équipe marchera lors de la cérémonie d'ouverture", a précisé Murray, alors que le premier match des Coréennes est prévu samedi soir.

"Je pense qu'il est important pour notre équipe de marcher ensemble, et montrer que nous sommes unis", a-t-elle ajouté.

Getty Images
Sarah Murray (haut à gauche) et Pak Chol Ho, les deux entraîneurs de l'équipe.

"Le fait de mettre notre équipe unie était un message politique, mais maintenant que l'équipe est ensemble, nous ne sommes qu'une équipe. Maintenant, c'est du hockey et nous sommes ici pour la compétition", a estimé Murray.

L'équipe de Corée est dans le groupe B avec la Suisse, la Suède et le Japon.

"C'est une opération qui a été très longue, l'équité sportive n'est pas entravée", s'est félicité le président suisse de la Fédération internationale de hockey, René Fasel.

"Le Canada et les États-Unis sont sur une autre planète, l'or et l'argent devraient aller à ces deux pays. Quelques autres pays se disputeront le bronze, la Suisse, la Finlande, la Russie et la Suède. Le Japon et la Corée seront derrière", a-t-il estimé.

Galerie photo Des Québécois à surveiller à Pyeongchang Voyez les images