NOUVELLES
05/02/2018 11:03 EST

Nick Foles, héros du Super Bowl au parcours chaotique, comme l'Amérique les aime

Le quarterback des Philadelphia Eagles, Nick Foles, sacré meilleur joueur du Super Bowl dimanche, a failli renoncer au football il y a deux ans après une série d'échecs, avant de rebondir quand personne ne l'attendait plus.

Il n'a passé que quelques minutes à la fête d'après-match organisée par les Eagles, à peine sacrés champions de la NFL après leur victoire surprise sur les Patriots (41-33), pour rejoindre sa famille et ses amis à l'hôtel.

Nick Foles est peut-être devenu, en une soirée, une superstar du sport américain mais il garde les pieds sur terre.

"Nick est resté le même", disait lundi son entraîneur, Doug Pederson, lors d'une conférence de presse. "Il ne change pas".

"Je ne suis pas parfait, je ne suis pas Superman", a expliqué la vedette du jour, tête d'affiche d'une histoire comme l'Amérique les affectionne. "Je suis peut-être en NFL et nous venons de gagner le Super Bowl, (...) mais j'ai toujours mes petits combats quotidiens."

A 29 ans, ce vétéran à l'allure juvénile a connu trop de péripéties pour s'emballer aujourd'hui. Dix ans d'un parcours chaotique, émaillé d'obstacles et de sorties de route.

Contraint de changer d'université pour avoir du temps de jeu, il a ensuite été privé deux saisons d'affilée du poste de titulaire de quarterback à son arrivée en NFL chez les Eagles par la star Michael Vick, avant de trouver l'ouverture.

Il brille en 2013 mais dès la saison suivante, tombe victime d'une fracture de la clavicule en milieu de saison, qui le coupe net dans son élan. A l'intersaison, il est transféré à Saint Louis, où il se rate.

Un temps considéré comme une étoile en devenir, il n'est plus en 2015 qu'un remplaçant et songe à raccrocher. Sa femme l'en dissuade. Il revient à Philadelphie l'an passé et accepte sa condition nouvelle, celle d'un joueur condamné au banc de touche, qui ne jouera que si le titulaire, Carson Wentz, se blesse.

- Un avenir incertain -

C'est précisément ce qui se produit le 10 décembre, lorsque Wentz se déchire les ligaments croisés du genou sur un choc.

A moins d'un mois de la fin de la saison régulière, Nick Foles, qui n'a passé que quelques minutes sur le terrain depuis plus d'un an, se retrouve à la tête de l'attaque de Philadelphie.

L'entraîneur Doug Pederson ajuste le plan de jeu pour intégrer cet ancien basketteur qui, malgré son 1,96 m et ses 110 kg, ne court pas.

Protégé par ce qui est sans doute la meilleure ligne offensive de la NFL, Nick Foles trouve ses marques et permet à Philadelphie de s'imposer deux fois en playoffs, avant de triompher au Super Bowl.

Dimanche, ce Texan d'origine est tout de suite entré dans le match, à l'aise sur toutes les distances, et a fait des passes pour 3 touchdowns.

Mais ironie de l'histoire, c'est à la réception d'une passe de son co-équipier Trey Burton, qui est ordinairement un receveur et non un passeur, que Nick Foles a fait basculer le match juste avant la mi-temps, captant tranquillement la balle dans l'en-but.

Le symbole d'une équipe et d'un joueur résolus à prendre des risques.

"Il ne faut pas avoir peur de rater", a expliqué Nick Foles lundi, lors d'une conférence de presse. Pour lui, la culture actuelle, nourrie par les réseaux sociaux, célèbre la réussite mais tend à masquer l'échec. "L'échec fait partie de la vie. Sans cela, qui serais-je? Je ne serais pas ici si je n'avais pas trébuché des milliers de fois, fait des erreurs."

Et d'autres tracas l'attendent dans les mois à venir. Champion, décisif, il a de nouveau, plus que jamais, la stature d'un titulaire. Mais lundi, l'entraîneur Doug Pederson a été très clair: chez les Eagles, la place reste promise à Carson Wentz, quand il reviendra de blessure.

Devra-t-il quitter ce club qu'il adore et où il a tout connu? Selon le site NFL.com, Philadelphie serait prêt à le transférer, si la bonne offre se présentait.

"Je ne suis pas inquiet pour mon avenir aujourd'hui", a assuré Nick Foles, fidèle à lui-même. "Je suis impatient de voir Carson Wentz revenir en bonne santé."

tu/elm